Dissipatio H.G. - Guido Morselli

« Il suffit d'un peu de courage.  Plus la douleur est déterminée et précise, plus l'instinct de la vie se débat, et l'idée de suicide tombe.  Quand j'y pensais, cela semblait facile. Et pourtant de pauvres petites femmes l'ont fait. Il faut de l'humilité, non de l'orgueil.  Tout cela me dégoute.  Pas de paroles. Un geste. Je n'écrirai plus. » Ces phrases, les dernières du Métier de vivre de Pavese, sont écrites neuf jours avant son suicide. Cette « idée de suicide », ce désir de mort, le narrateur anonyme de " Dissipation H.G. " les partage. Mais lui recule, n'utilise pas sa « fiancée à l’œil noir », et lorsqu'il sort de la grotte où il pensait mettre fin à ses jours, il réalise qu'il est maintenant seul sur Terre. Que toute l'humanité a disparu. Que ne reste plus que lui dans un monde vide d'hommes. " Dissipatio H.G. " est le journal de son expérience, vécue entre un village de montagne et la ville proche de Zuri

Le double corps du roi - Bellagamba et Day - Retour de Bifrost 100


Royaume de Déméter. Le roi Yskander est assassiné par l'ambitieux général Déléthérion qui lui reproche d'affaiblir la monarchie et pense être l'homme idéal pour la restaurer. Si Déléthérion, qui se proclame tout de suite Régent, est assisté dans l'exécution de son forfait par les Eizihils, de terrifiants insectoïdes carnassiers, Yskander avait su gagner l'amour et la loyauté d'Egée Seisachtéion, poète et bretteur, qui assiste à l’assassinat et n'aura dès lors de cesse de renverser l'usurpateur et d'installer sur le trône la fille cachée d'Yskander, Eiroénée. Commence alors, pour le poète puis pour ses poursuivants, un voyage vers la Canopée, refuge de la jeune fille et société utopique qui tente de vivre en harmonie avec la Nature. Un voyage qui transformera le monde.


"Le double corps du roi" est un roman écrit à quatre mains par Thomas Day et Ugo Bellagamba, le second produit de cette collaboration après L'école des assassins. Il est librement inspiré de la théorie des Deux corps du roi de Kantorowicz. Le roi, dit l'historien, a deux corps : un corps physique, faillible et mortel, et un corps politique, le corps immortel du royaume. Le roi n'est roi que parce qu'il transcende son enveloppe mortelle pour habiter celle, immortelle, du royaume : « Terre et roi sont un ». Dans le royaume de France, c'est le sacre qui réalisait cette forme particulière de transsubstantiation – « le mort ne saisissait pas le vif » sans cette cérémonie –, à Déméter, c'est la fusion avec l'Heraklion, l'armure magique de quartz habitée par le souffle divin et dont la légende dit qu'elle fut forgée par le Dieu-Forgeron avant d'être donnée aux hommes, qui assure la continuité temporelle du royaume en confrontant chaque roi aux mémoires de tous ceux qui le précédèrent. On notera qu'accessoirement, et ce n'est pas négligeable, l'armure est aussi une très puissante arme de guerre.

Alors, quand Egée s'enfuit avec l'armure grâce à l'aide de Solon le contrebandier, quand il l'apporte à Eiroenée pour qu'elle la revête, il crée une situation qui ne peut se résoudre que dans la guerre, car de son sacre l'usurpateur ne peut être privé s'il veut régner vraiment.


Que reprochaient Déléthérion et son allié le Pontife Théagénès à Yskander ? D'avoir commencé à se détourner de la tradition pour réformer le royaume dans le sens d'une plus grande justice. Il le paya de sa vie, l’ambitieux général voulant « restaurer » une monarchie inégalitaire aux allures d'autocratie, et le Pontife rêvant d'installer une oligarchie qu'il pourrait, via l'Eglise, contrôler – deux glaives, c'est un de trop pour une alliance qui ne pourra durer. C'est donc dans une lutte pour la justice et la liberté, pour une réforme et la sortie d'une tradition sclérosante, que s'engagent Egée et ses alliés. Une lutte qui sera violente comme l'est la société démétérienne, une lutte qui se déportera jusque dans la paisible Canopée.


"Le double corps du roi" est une histoire de réunions et de fusions. Celle des rois successifs dans l'Heraklion, certes, mais aussi nombre d'autres. Après les emprisonnements, les tortures, la guerre et les massacres (tous très graphiques voire gore), la solution ne peut venir d'une victoire à la Pyrrhus qui assèche autant la techniciste Déméter que la frugale Canopée. Pour triompher – ou plutôt en triomphant – il faudra que deux peuples séparés par le temps se rapprochent – aidés en cela par deux sangs-mêlés –, que la part féminine de l'humanité retrouve sa juste place – par la mise à bas de la règle de primogéniture mâle –, que la société de caste démétérienne – fracturée par un système de tripartition – soit refondée sur des bases plus égalitaires et non discriminantes, que les domaines divins même se réunissent enfin. Il faudra pour cela un sacrifice, au sens littéral du terme, c'est à dire un passage au sacré.

"Le double corps du roi" est donc un roman de fantasy scientifique passionnant qui mêle théorie politique et action violente mais aussi amour véritable, dont certains passages rappellent Conan et sa frénésie guerrière ou Elric et ses bretteurs ironiques, et qui, enfin, propose un message d'élévation spirituelle et sociale par une union raisonnée entre la tradition et le mouvement.


Le double corps du roi, Bellagamba, Day

Commentaires

lutin82 a dit…
Bon, avec une telle conclusion, je ne peux être que séduite. SUrtout que j'apprécie les 2 auteurs!
Merci de ce retour!
Gromovar a dit…
You're welcome :)