Le Molosse - Tanabe d'après Lovecraft

Sortie du neuvième volume des adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe. " Le Molosse " est le premier recueil réalisé par le mangaka japonais, il réunit trois nouvelles : Le Temple , écrite en 1920, Le Molosse , écrite en 1922, et La Cité sans nom , écrite en 1921. Le Temple est la plus longue et la plus réussie imho. Dans les coursives d'un U-boat allemand en perdition durant la première guerre mondiale, on plonge vers une cité engloutie alors que la folie gagne peu à peu tout l'équipage. Dure, claustrophobique, Le Temple , dans une ambiance éprouvante à la Das Boot , met l'homme face à des terreurs et des anciennetés sans nom. Un très bon récit joliment adapté. Le Molosse est plus (trop) classique. Deux amis occultistes, l'un des deux est le narrateur, première mention lovecraftienne du Nécronomicon , créature hostile invoquée involontairement par une amulette magique, on est ici dans du trop classique, encore trop proche de l'horreur traditionnelle en

2069 - Josselin Bordat - Retour de Bifrost 100


"2069" est un recueil qui prétend adresser la question de la sexualité et des relations amoureuses du futur, à partir des tendances que l'on observe déjà. On y trouve douze nouvelles de longueurs et de types variés, du voyage dans le temps au sexe spatial en passant par les sexbots. Disons-le tout de suite, ce n'est ni érotique, ni excitant, en dépit d'une couverture qui est donc racoleuse. Malheureusement, ce n'est guère prospectif non plus, à moins d'être complètement déconnecté des avancées technologiques. Brève revue.

Deux bons textes. Chicago est sans doute la plus science-fictive, la plus intéressante, et la plus émouvante, avec ses sexbots qui acquerront peut-être une conscience et la liberté qui va avec. Le bousier est peut-être la plus tragiquement réussie avec son personnage passant une vie à visiter toutes les formes de relations pour finalement mourir seul comme tout le monde ; la chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.

Quelques autres émergent un peu. One more time imagine des thérapies de couple qui consistent à envoyer le dit couple revoir des moments clés de son passé. Boucle temporelle prévisible. Conditions générale de Ventre décrit un monde où PMA ou GPA offrent l'option Amélioration des gamètes, ou sont permises même sans partenaire grâce à des gamètes synthétiques. Jusqu'à la révélation finale. Good Girl est une digression sur une sous-catégorie porno du futur, dont il ne sort pas grand chose une fois l'affaire comprise.  La sonde est une variation amusante sur le destin de Pioneer 10 et le paradoxe de Fermi.

Le reste ? De la télé-réalité spatiale à Greta Thunberg in the Wild en passant par le hacking des slips connectés (qui visiblement a captivé la presse), les rêves érotiques sur abonnement, un délire genderfluid, ou l'élection papale orgiaque qui offre un cliché si éculé (pardon !) que même Charlie Hebdo ne doit plus l’utiliser, l'ensemble n'est guère excitant, ni pour l'esprit, ni pour le corps.

Paradoxalement, c'est lorsqu'il décrit les développements prévisibles de la société du spectacle ou les conséquences du changement climatique que, sans être brillant, l'auteur est le plus convaincant. Problème : ce n'était pas son thème, pas en tout cas celui qu'il nous a vendu.

Globalement, mis à part sur les deux bons textes et un ou deux des quatre moyens, l'ennui est au rendez-vous et le sense of wonder proche de zéro. Ajoutons-y un argot branchouille qui fait parfois vieux et une volonté humoristique qui suscite la compassion. Enfin, les nouveaux genres, les nouvelles sexualités et préférences, font l'objet d'un traitement dont on ne sait jamais s'il est ironique, factuel, compatissant, ou charmé. Par delà la forme, ça fait donc peu d'idées nouvelles et peu de prises de position (désolé !), peu de fond à vrai dire.

69 fut une année érotique. Josselin Bordat veut nous convaincre, avec son recueil "2069", que notre avenir le sera aussi. Mais n'est pas Gainsbourg qui veut. Post coïtum animal triste.


2069, Josselin Bordat

Commentaires