Madeleine, Résistante - Morvan - Bertail - Riffaud

" Madeleine, Résistante ". La BD. Tout commence en 1994 quand Raymond Aubrac dit sans cérémonie à Madeleine Riffaud qu'elle doit « ouvrir sa gueule ». Qu'elle doit témoigner, raconter son histoire et celles des résistants qu'elle connut, afin que le souvenir des moments terribles de l'Occupation ainsi que du courage qu'il suscita et des sacrifices qui s'y accomplirent ne s'éteigne pas avec ceux qui les portent, parfois dans leur chair même. C'est ensuite une rencontre avec Jean-David Morvan, qui commence mal – Madeleine ne voit guère quoi faire en BD – et se termine bien quand l'ancienne résistante accepte de raconter les années noires à un Morvan qui les mettre en image grâce à Dominique Bertail. C'est enfin une trilogie à venir (tome 1 ici) , fruit de mois de confiance et de collaboration. J'ai lu ce tome 1 avec inquiétude tant je ne suis guère friand des récits hagiographiques dont accouche souvent ce genre de projet, d'auta

Un soupçon de bleu, Ken Liu dans Bifrost 104


Dans le Bifrost 104, en plus de la critique de toutes les nouveautés SFFF et des rubriques habituelles, on trouve une nouvelle de Ken Liu absolument somptueuse : « Un soupçon de bleu »


Uchronie draconique, « Un soupçon de bleu » réussit l’exploit d’aborder la théorie de Gaël Giraud sur le lien entre énergie et croissance économique, de métaphoriser les externalités négatives qu’elle engendre sur les hommes et l’environnement, de parler effet d’agglomération et attractivité des territoires, sans oublier la destruction créatrice chère à Aghion (ça change un peu) ni le Nimby.

Le tout en étant compréhensible par quiconque n’est guère familier avec ces concepts et en étant aussi émouvant que franchement drôle.
De la très belle ouvrage d’un grand maître de la forme courte.

Commentaires