Conan L'heure du dragon - Blondel - Sécher

" L'heure du dragon " est le seul roman de Conan écrit par Howard. Il a été adapté dans les années 70 par la fine équipe Roy Thomas - Gil Kane. Il l'est une nouvelle fois ici par le duo Julien Blondel (scénariste de Elric, décidément! il aime les personnages myhthiques)  - Valentin Sécher (dessinateur de Méta Baron) . On peut rêver pires adaptateurs. Conan est roi d'Aquilonie. Plus pour longtemps quand le roman commence. Car trois nobles ambitieux ont tiré le très maléfique empereur Xaltotun de Python d'un sommeil de 3000 ans en usant pour ce faire du légendaire Cœur d'Ahriman. En échange ils lui demandent de les aider à usurper les trônes de Némédie et d'Aquilonie. Pour cela Conan doit mourir. Mais si, sur le champ de bataille, Xaltotun tient parole et offre aux félons une victoire écrasante sur l'armée aquilonienne, il a, en revanche, d'autre projets pour un Conan qu'il préfère emprisonner secrètement. De fait il a plus globalement d'

The Witling - Vernor Vinge - Les Traquenards de Giri


"The Witling" (Les Traquenards de Giri en VO ?!?) est le premier vrai roman du grand Vernor Vinge, publié en 1976.

Giri, une planète sur laquelle vivent les Azhiri, un peuple humanoïde stocky aux puissants pouvoirs télépathiques. Les Azhiri communs peuvent « sentir » les structures ou les êtres, téléporter leur corps ou de la matière sur de grandes distances, tuer même en tordant l'usage de la téléportation. De ce fait, leur technologie est assez primitive, guère mieux que médiévale, tant leurs pouvoirs, de téléportation notamment, rendent inutiles de grands efforts de recherche dans le domaine des transports ou de l'armement. Pourquoi fabriquer des armes quand on tue par la pensée ? Pourquoi tracer des routes quand des lacs de transit suffisent ? Dans le même ordre d'idées, il n'y a en général pas de portes aux maisons – on se téléporte de pièce en pièce –, et le palais du Roi de l'été s'étend sur deux hémisphères quand celui du Roi de l'hiver va de pôle à pôle.

Politiquement, les Azhiri sont grosso modo regroupés en trois royaumes ou factions – bien peu démocratiques – en guerre plus ou moins larvée ; parcourir Giri signifie donc souvent traverser des zones contestées.

Last but not least, et c'est politique aussi, tous les Azhiri n'ont pas un pouvoir de la même intensité. Certains, soldats notamment, sont entraînés à faire plus ; une Guilde indépendante des royaumes – une faction à part entière – regroupe les plus puissants de tous les Azhiri, pesant dans le jeu politique ; et existent, hélas pour eux, des witlings – des neuneus, des schpountz –, sans pouvoir, qui sont traités guère mieux que des esclaves. Hélas pour lui, c'est le cas du Prince Pelio, fils aîné du Roi de l'été et promis à régner alors que toute la cour, jusqu'à son frère cadet et sa mère, conteste sa légitimité.


C'est aussi le cas, mais pour des raisons bien différentes, de Yoninne Leg-Wot, une pilote humaine, et Ajão Bjault, le très vieil archéologue qui l'accompagne. Les deux sont issus de la colonie Novamerika, l'une des innombrables implantations humaines éparpillées dans l'espace et séparées par les abîmes de temps sur lesquels il reviendra dans Un feu sur l’abîme et Au tréfonds du ciel, entre autres.
En mission d'exploration discrète, les deux, après avoir appris la langue des Azhiri et mal compris comment leur monde fonctionnait, étaient en attente de récupération quand ils furent capturés par ceux-là même qu'ils pensaient surveiller sans être vus. Récupérés par le Prince Pélio qui y voit une opportunité d'améliorer son statut politique en réalisant un coup d'éclat, ils se trouvent plongés dans les intrigues du palais quand leur seul but est de repartir d'où ils viennent, d'autant que la nourriture locale, chargée de métaux lourds, les empoisonne à moyen terme.
Une alliance improbable va se nouer entre Pélio – qui croit comprendre qu'existe un « pays » où tous sont des witlings comme lui – et les humains en quête d'une échappatoire. Une alliance qui les mènera à parcourir la moitié du monde pour rejoindre un hypothétique lieu de rendez-vous avec les vaisseaux de Novamerika.

Dans "The Witling", Vinge développe des thèmes qui resteront les siens : l’impossibilité d'entretenir des empires spatiaux étendus, la provincialisation obligatoire de toute colonie spatiale, la confrontation entre civilisation technicienne et univers pré-technique.
Dans une ambiance qui rappelle, en plus sommaire, ce que sera Un feu sur l'abîme, Vinge tire le maximum de ce qu’impliquent les pouvoirs de téléportation des Azhiri, et fait intelligemment des contraintes de conservation du mouvement qu'ils posent l'un des moteurs importants du récit.
Il crée aussi une société dans laquelle l'absence de pouvoir psy est un handicap qui se traduit par une oppression politique exercée par les psy sur les non-psys, précisément ce que craignait Bolivar Trask et qui le conduisit à créer les premières Sentinelles.

L'histoire qu'il raconte, même si elle est plus courte et simple que dans ses romans ultérieurs, est plaisante à suivre et jamais incohérente. Le développement des personnages n'est pas énorme, même si les souffrances du jeune Pélio – comme il y en eut du jeune Werther – sont régulièrement touchantes. On lira avec plaisir "The Witling(Les Traquenards de Giri ?!?) comme plongée dans l'œuvre de jeunesse d'un auteur devenu grand, et aussi comme retour vers une époque – d'avant les traitements de texte – où les romans étaient souvent plus courts et sans doute aussi plus simples.

The Witling, Vernor Vinge


Commentaires