Once Upon a Time at the End of the World t 2 - Aaron - Tefenkgi

J'avais vraiment - et un peu étonnamment - aimé le tome 1 de Once Upon a Time at the End of the World . Ce tome 2, intitulé The Rise and Fall of Golgonooza , commence comme un mix incestueux entre Portlandia et Disneyland avant de virer à l'horreur peu expliquée si ce n'est par la nécessité de faire avancer le récit. Plus précisément on voit dans cette deuxième partie que l'amour ne dure pas toujours, que la beauté est dans les yeux de celui qui regarde, et blablabla. Pour les lecteurs échaudés qui ont envie de lire sur l'amour triste, je conseille de s'épargner cet album et de se contenter de lire les deux pépites de sagesse ci-dessous, plus rapides et bien plus utiles : "Our love will last forever, until the day it dies" Virgin Prunes Et, "I chose an eternity of this Like falling angels The world disappeared Laughing into the fire Is it always like this? Flesh and blood and the first kiss The first colors, the first kiss We writhed under a red

Mémoires trouvés au fond d'une baignoire - Stanislaw Lem


"Mémoires trouvés dans un baignoire" est un roman de Stanislaw Lem publié en 1961. Description satirique de l'absurdité fondamentale des systèmes complexes en général et des bureaucraties impériales en particulier, il est au moins deux fois trop long.

Je ne peux en dire plus car ma chronique sera dans le Bifrost n° 104, et elle ne reviendra ici qu’un an après la sortie de la revue (c’est à dire, pfff…).

Je peux au moins donner le résumé de la couv’ car celui-ci est disponible partout :

C'est dans les ruines souterraines du Dernier Pentagone, au pays d'Ammer-Que, qu'ont été découverts ces Mémoires : l'unique témoignage qui nous reste de l'ère du Néogène.
Dans les dernières années du xxe siècle, à la veille de la création de la Fédération Terrienne, les ultimes défenseurs de la dynastie présidique d'Ammer-Que se sont enfermés dans le Pentagone. Coupés du monde extérieur, ils élaborent des plans de défense et de subversion aussi complexes qu'illusoires.
Le manuscrit retrouvé est le journal d'un agent secret, lancé, le long des couloirs blancs de l'Edifice, dans la quête presque désespérée de ses instructions, du sens de sa mission. C'est la description d'un monde terrifiant où le mensonge et la torture sont des sciences, où chacun joue le double, le triple, le quadruple jeu
Mémoires trouvés dans une baignoire révèle un nouvel aspect de l'auteur de Solaris : le pamphlétaire dur et corrosif, le créateur d'un univers de cauchemar proche des enfers administratifs de Kafka ou des labyrinthes de Borges.
 
Voila. Rien de plus. Sinon voici ce qui m'attend :



Commentaires

lutin82 a dit…
J'adore ta conclusion imagée....
Gromovar a dit…
You're welcome :)