The Witling - Vernor Vinge - Les Traquenards de Giri

" The Witling " (Les Traquenards de Giri en VO ?!?) est le premier vrai roman du grand Vernor Vinge, publié en 1976. Giri, une planète sur laquelle vivent les Azhiri, un peuple humanoïde stocky aux puissants pouvoirs télépathiques. Les Azhiri communs peuvent « sentir » les structures ou les êtres, téléporter leur corps ou de la matière sur de grandes distances, tuer même en tordant l'usage de la téléportation. De ce fait, leur technologie est assez primitive, guère mieux que médiévale, tant leurs pouvoirs, de téléportation notamment, rendent inutiles de grands efforts de recherche dans le domaine des transports ou de l'armement. Pourquoi fabriquer des armes quand on tue par la pensée ? Pourquoi tracer des routes quand des lacs de transit suffisent ? Dans le même ordre d'idées, il n'y a en général pas de portes aux maisons – on se téléporte de pièce en pièce –, et le palais du Roi de l'été s'étend sur deux hémisphères quand celui du Roi de l'hiver

Aux limites de l'infini - Stanley Weinbaum - Retour de Bifrost 95


Pour une raison que je ne m'explique pas, j'ai oublié il y a quelques mois de rapatrier cette chronique de Bifrost. Erreur réparée aujourd'hui.

Stanley G. Weinbaum est l'un des pionniers de la SF américaine. Né en 1902, il mourut d'un cancer du poumon en 1935, à 33 ans seulement, peu de mois après la publication de son texte le plus fameux « A Martian Odissey ». Célébrée par Isaac Asimov comme « l'une des trois histoires qui ont changé la SF », la nouvelle reçut un très bon accueil critique. Le lecteur y croise un groupe d'explorateurs envoyés sur Mars grâce à une fusée atomique (quoi que ce puisse être). Ils y rencontrent, pour la première fois peut-être de l'histoire de la SF, une créature extraterrestre, puis de nombreuses autres, visiblement intelligentes mais non humanoïdes, avec toutes les impossibilités de communication que ça peut générer.
Raisons d'agir, langages, culture, les Martiens de Weinbaum sont visiblement dotés d'une intelligence équivalente voire supérieure à celle des Humains (l'auteur resservira cette supériorité supposée dans une autre nouvelle du recueil, « Les Lotophages »), mais il est clair que celle-ci ne nous est pas directement accessible. Cette approche de la vie extraterrestre, résolument nouvelle, enchanta le lectorat de l'époque et répondait par anticipation à la demande de John W. Campbell « Ecrivez-moi une créature qui pense aussi bien ou même mieux qu'un homme, mais pas comme un homme ».


Dans le recueil "Aux limites de l'infini", à la suite de « A Martian Odyssey », on pourra lire six autres nouvelles de longueurs diverses, toutes dans une traduction inédite.

On lira ainsi « Aux limites de l'infini », une sorte d'escape game improvisé dont la solution est la découverte d'un expression mathématique,
« Les mondes du Si », qui explore la possibilité d'univers parallèles infinis bien avant qu'Everett ne la formalise,
« Dérive des mers », où un cataclysme géologique risque d'interrompre le Gulf Stream, refroidissant alors les terres de l'Est Atlantique, provoquant par là-même exodes, guerres, et débroussaillage malthusien,
« Les Lotophages », où sur une Vénus froide (!) on s'interroge, après Schopenhauer, sur la vie comme volonté,
« Les lunettes de Pigmalyon », où un voyage en paracosme conduit à s'interroger sur réalité et perception,
et la très courte « Graphe », qui pointe les méfaits du stress induit par une vie professionnelle hégémonique.

L'ensemble forme un ouvrage à l'intérêt historique évident. Ramener sur le devant de la scène un pionnier peu connu du grand public français, donner à voir ce premier contact qui rompt avec les codes précédents de l'alien humanoïde et/ou purement hostile, tout ceci est intéressant. D'autant que dans les autres textes, Weinbaum fait montre d'un intérêt louable pour la science de son époque et les questionnements philosophiques ; aucun texte n'est, de fait, dépourvu d'une réflexion sous-jacente à l'intrigue.

Il y a néanmoins des bémols. Très datés dans leur écriture les textes peinent à passionner. Le style est parfois plat, parfois verbeux, parfois trop visiblement conscient de sa propre finesse. De (rares) saillies sexistes font sourire – Ô tempora ! Ô mores ! Et puis, les erreurs et méconnaissances scientifiques de l'époque – bien sûr excusables – heurtent ou amusent. Vénus, qui ne tourne pas, est froide et dotée d'une pression supportable. L'atmosphère de Mars est largement respirable, et sur sa surface on trouve des canaux – alors qu'il était déjà admis qu'ils n'étaient qu'un fantasme de Lowell. Ca peut faire beaucoup. On est ici dans l'archéolittérature. A toi de voir, lecteur, si tu veux participer à l'expédition.

Aux limites de l'infini, Stanley G. Weinbaum

Addendum : il semblerait qu'en dépit de la légende concernant Weinbaum et les aliens non humanoïdes intelligents, JH Rosny ainé ait, quelques décennies auparavant, inclus de tels êtres dans ses romans, Les Navigateurs de l'infini notamment.

Commentaires

Lve a dit…
Salut,
Sais-tu quelles sont les deux autres histoires qui ont changé la SF selon Asimov ? 🤔
Gromovar a dit…
Nope. Désolé.