Les Divis - Brian Catling

Les Divis est le troisième et dernier tome du cycle de Vorrh . Il paraît en français dans une traduction de Nathalie Mège, toujours chez Outrefleuve. Tome 3 donc review forcément courte car tu sais ou devrais savoir, lecteur, de quoi il retourne lorsqu'on prononce, non sans frémir, le nom oublié et terrifiant de Vorrh. Brian Catling (récemment décédé hélas) y lie les fils de l'intrigue complexe qu'il avait tissés dans les deux volumes précédents. D'Ismael (étonnant, non ?)  à Modesta en passant par le professeur Schumann, Cyrena Lohr, Sidrus, ou l'incroyable Undeswilliams, tous sont là pour de dernières scènes qui, parfois, sont faites de flashbacks. Et n'oublions pas pour ce grand final, même si Dieu semble l'avoir fait, ces Ancêtres qui, après avoir failli, se sont endormis ou éparpillés à la surface de la Terre. N'oublions pas non plus que la Création dont nous faisons partie est menacée (par Dieu lui-même – spécial dédicace à Marguerite Imbert car

The Suicide Motor Club - Christopher Buehlman - AU SECOURS

Objectivement peu de chances que quiconque ici soit tenté d'acheter un roman de vampire non traduit, passé inaperçu en France et écrit par un auteur qui n'est pas le plus connu ici non plus. Mais on ne sait jamais.

Alors, dans le doute, j'applique le détestable principe de précaution et vous déconseille très vivement de ne pas consacrer ne serait-ce qu'un euro ou une minute à lire ce très bancal roman.

Deux mots d'explications :

1969. Judith est en voiture sur la route 66 avec son mari et son jeune fils. Deux voitures de sport les attaquent, leurs occupants enlèvent par la vitre le fils puis la voiture de Judith part en tonneau sous les assauts. Elle est blessée, son mari meurt, son fils a disparu.

Passé cet événement fondateur le roman raconte la traque des vampires (car c'en est) par une Judith (et une équipe improbable de chasseurs de vampires) en quête de vengeance et de vérité.

Et c'est très mauvais.

Contexte années 60 non exploité. Écriture pas toujours claire. Construction inefficace entrainant ennui et lecture en diagonale. Personnages peu développés pour certains et inutiles pour d'autres. Moments inutiles ou superflus. Centaines de pages de poursuites en voiture ou d'accidents. Dizaines de pages de dialogues durant lesquelles on ne comprend pas toujours qui parle. Centaines de lignes de prières chrétiennes entrelacées dans l'action pour gagner de la fortitude comme dans L'exorciste (car oui, ce récit de vampire est en contexte chrétien avec eau bénite et croix "magiques" - même les tatouages de croix fonctionnent -, chose que plus personne n'a fait depuis au moins cent ans). Ridicule d'une Judith habillée en nonne. Equipe (heureusement vite annihilée) qui rappelle les jeux de rôle. Vampire ancien "plus humain" qui ne cautionne pas les autres et aidera Judith. Deux coïncidences complètement improbables. Un twist final aussi stupide et vain que le mini twist qui le précède de peu. J'en passe.

De Buehlman j'avais aimé son premier, Ceux de l'autre rive, imparfait mais prometteur, et adoré The Lesser Dead, réussi et très émouvant (dispo en VF). Ici, c'est un ratage intégral. Si on veut sauver quelque chose, on gardera juste la cruauté des meurtres et la démesure sexuelle qui va jusqu'à la nécrophilie (with dead and/or undead) ; mais autant lire Poppy Z. Brite, c'est bien mieux écrit.

The Suicide Motor Club, Christopher Buehlman

Commentaires