The Witling - Vernor Vinge - Les Traquenards de Giri

" The Witling " (Les Traquenards de Giri en VO ?!?) est le premier vrai roman du grand Vernor Vinge, publié en 1976. Giri, une planète sur laquelle vivent les Azhiri, un peuple humanoïde stocky aux puissants pouvoirs télépathiques. Les Azhiri communs peuvent « sentir » les structures ou les êtres, téléporter leur corps ou de la matière sur de grandes distances, tuer même en tordant l'usage de la téléportation. De ce fait, leur technologie est assez primitive, guère mieux que médiévale, tant leurs pouvoirs, de téléportation notamment, rendent inutiles de grands efforts de recherche dans le domaine des transports ou de l'armement. Pourquoi fabriquer des armes quand on tue par la pensée ? Pourquoi tracer des routes quand des lacs de transit suffisent ? Dans le même ordre d'idées, il n'y a en général pas de portes aux maisons – on se téléporte de pièce en pièce –, et le palais du Roi de l'été s'étend sur deux hémisphères quand celui du Roi de l'hiver

Ramdam Blues - Biancharelli - Trondheim


Bon, parfois il faut prendre des décisions des décisions radicales, comme par exemple de faire une brève revue de BD, parce qu'on vient d'en lire trois (avec une quatrième à suivre pour demain) et qu'on n'a pas vraiment le temps de faire de tout ça une recension détaillée (restent plein de fraises à cueillir, Sibeth comprendra).

Enfin (pour le moment, suite cet aprem), un petit mot pour le tome 1 de Karmela Krimm, titré "Ramdam Blues". Trondheim au scénario et le marseillais Biancarelli aux pinceaux y livrent une histoire complète de meurtre et de machinations dans les rues de Marseille.

Sur les traces de la détective privée ex-flic Karmela, on plonge dans les affaires troubles d’une cité phocéenne dans laquelle les vieux parrains du milieu ne contrôlent plus des gangs de cité fous d'argent et de cocaïne et ne craignent plus rien ni personne.
Assistée de Tadj, géant comorien aussi baraqué que chauve, Karmela use de ses talents d'enquêtrice et de ses contacts pour résoudre une affaire tortueuse.

Ecrit sur une idée de Biancarelli, le scénario est dynamique, aussi efficace que cohérent. On lui reprochera juste ce défaut récurrent des œuvres sur Marseille de vouloir faire tenir toute la ville – le vrai et les clichés – entre deux couvertures (défaut très présent chez Jean-Claude Izzo par exemple). Ca émerveillera sans doute le non local, mais lui trouve par moments que ça fait un peu estouffe-gari (pour faire aussi couleur locale que l'album en utilisant donc une expression qu'on n'utilise pas dans la vie courante).
Les dessins sont satisfaisants, et les lieux montrés sont réels et correctement représentés et placés (jusqu'à une petite placette non loin de laquelle se trouve l'antre de votre serviteur), ce qui change de quelques autres BD 'anthropologiques' lues précédemment.

A lire si on aime les histoires policières speed (on ne sera pas déçu) et si l'ambiance marseillaise intéresse.
Et c'est 100% Rubirola et Raoult free :)

Commentaires

Christian a dit…
Connaissais pas cette BD. C’est vrai difficile d’échapper aux clichés
Sur Marseille.
Une enquête policière donc .Je n’exclue pas de la lire si en plus les illustrations sont belles.

Un habitant du quartier Beaumont 12 ème.
Gromovar a dit…
J'étais dubitatif car je lis peu de BD policières mais j'ai trouvé que c'était vraiment pas mal foutu à l'arrivée.