Le Voleur - Claire North

Bangkok, 1938. Rémy Burke fait partie de l'élite de la Maison des Jeux, il joue dans la Haute Loge, et depuis longtemps. Un soir il est abordé par le bien plus jeune en Haute Loge Abhik Lee qui le pousse à boire jusqu'à l'ivresse avant de lui arracher son accord pour une partie de cache-cache. Tout le monde connaît cache-cache, tout le monde y a joué. Mais sûrement pas à celui de la Haute Loge. La règle y est simple. Burke doit rester caché le plus longtemps possible de Lee puis, après la découverte de Burke, les rôles seront inversés. A la fin, celui des deux qui aura été caché le plus longtemps sera déclaré vainqueur et remportera la mise ; Lee a misé 20 ans de sa vie à transférer à Burke et Burke – c'était l'alcool qui parlait – a accepté de miser toute sa mémoire. Le terrain de jeu est la Thaïlande entière, et les deux joueurs ont des « pièces », humain alliés qu'ils peuvent utiliser à leur guise. Problème : Burke s'est fait arnaquer. En Thaïlande (qu&#

Doggybags 15 Mad in America


Juste un mot sur le dernier numéro sorti de la série simili-comic DoggyBags, qui arbore le numéro 15 et s'intitule "Mad in America".

Et de fait c'est bien de la folie racialiste et raciste américaine qu'il est question dans cet opus. Pas d'opportunisme ici, le numéro a été réalisé avant l'affaire Georges Floyd et les protestations qui en ont résulté. Le signe en revanche d'une sensibilité à certains des problèmes structurels des USA, à savoir : un racisme endémique alimenté par un racialisme fondateur qui n'a jamais cessé d'exister dans un pays où l'une des premières informations qu'on recueille ou qu'on communique sur une personne est son origine ethnique, une circulation incontrôlée des armes considérée comme un droit garanti par la Constitution, une liberté d’expression si étendue qu'elle permet toutes les violences verbales desquelles naissent les violences physiques.

Les habitués de DoggyBags en connaissent le format, les autres découvriront un simili-comic au look rétro. Trois histoires en BD (NB ou couleur), une courte nouvelle, des pages de pubs pour d'improbables produits, plus quelques éditos, de courts articles informatifs (plutôt réussis) ou avertissements préliminaires, sans oublier LE POSTER GRATUIT.

La nouvelle, on passe. Totalement dispensable.

Les trois histoires :

Manhunt. Un jeune homme noir échappe à la pendaison que lui promettait une paire de salopards pour tomber, en s'enfuyant, sur une créature monstrueuse qui semble bien plus dangereuse. Mais, tada, il y a un twist final. Mouais. Violence raciste, course dans le bayou, morts, peur, sauf qu'on n'a pas peur et que le twist est bâclé. De plus, si certains traitement graphiques – premier plan net et background flou – sont intéressants, le dessin fait trop cartoon pour inquiéter.

Héritage. Plus intéressante, une histoire de vengeance sur fond de KKK qui montre que le mal ne peut qu'engendrer plus de mal. Aurait sûrement été plus réussie si plus développée. Pas mal comme revenge story, sans enthousiasme excessif. Quelques images fortes néanmoins comme un Strange Fruit revisité.

Conspiracism est la meilleure imho. Une histoire de mass shooting dans une église noire qui permet de présenter le monde délirant des groupes en ligne et des chaînes TV qui nient l'existence des dits mass shooting et prétendent qu'ils ne sont que des simulacres destinés à priver les Américains de leur droit de posséder des armes. Un monde de paranoïaques absurdes qui seraient juste risibles s'ils ne s'exprimaient régulièrement en commettant des tueries de masse dans le simple but de prouver un point ou de soulager un instant leur misère existentielle. La meilleure, et de loin.

Bilan : un petit plaisir régressif. Rien n'est indispensable – sauf sans doute Conspiracism – mais tout est agréable par son côté rétro – et c'est pas trop cher. C'est toi qui vois, lecteur.

DoggyBags 15, Mad in America, Run et al.

Commentaires