Mon cœur est une tronçonneuse - Stephen Graham Jones

Jade Daniels est en dernière année de lycée dans la petite ville de Proofrock, Idaho. Demi-indienne par son père (tendance Blackfeet) , mal dans sa peau, JD, qui vit avec ce paternel indien alcoolo qu’elle déteste, est une espèce de punkette locale que tout le monde connaît, et pas en bien. Seul plaisir d’une vie très solitaire, JD adore les films de slashers , qu’elle regarde passionnément et dont elle a une connaissance encyclopédique. Et voilà qu’elle pense repérer des signes identifiant les débuts d’activité d’un de ces tueurs solitaires dans sa ville même. Entre cinéma et réalité, JD va tenter de négocier au mieux cette menace existentielle. Mon cœur est une tronçonneuse est un roman de Stephen Graham Jones. C’est un hommage à un genre cinématographique qu’il adore et auquel il a déjà donné un excellent roman : Un bon indien est un indien mort . Qu’en est-il ici ? Cette chronique de Mon cœur est une tronçonneuse est garantie sans spoiler ni sur le qui, ni sur le pourquoi, ni sur

Dracula - Bess - Stoker


Dracula : Plus d'un siècle après la publication du roman épistolaire de Bram Stoker, Georges Bess livre sa version de l’œuvre. Une version aussi fidèle à l'original sur le plan narratif que transcendée par un dessin impressionnant (et les « colorisations » de Pia Bess).

Je ne vais ni raconter ni analyser ici Dracula, bien d'autres l'ont déjà bien fait depuis bien longtemps (Google est ton ami). Sache, lecteur, que Bess marche sans erreur dans les traces laissées par le romancier irlandais.

Tu iras donc avec lui dans cette Transylvanie définitivement « à l'Est » de l'Europe, loin de la civilisation et des lumières de la raison occidentale. Tu y croiseras les « enfants de la nuit » qui hurlent dans la neige, d'inquiétants tziganes aussi, et surtout un comte, antédiluvien semble-t-il, aux mœurs aussi étranges que son pays. Un comte qui veut acheter des propriétés à Londres pour s'installer là où bat le cœur du monde ; c'est pour cela qu'il t'a fait venir, toi, lecteur, toi, Jonathan. Un comte enfin qui t'abandonne à ses succubes et embarque pour une traversée tragique sur le Demeter.

Tu sauras ensuite ce qu'il advint de la malheureuse Lucy, qui mourut deux fois, de Renfield qui ne succomba, lui, qu'une fois mais de quelle horrible façon, à quoi faillit aussi céder la belle et douce Mina. Tu participeras à une course poursuite désespérée à travers toute l'Europe. Tu verras le courage et l'abnégation de prétendants que la survenue du malheur obligea à sortir de leur vie de socialite. Et tu comprendras, grâce au professeur Abraham van Helsing, que, même dans une siècle de lumières, il n'est pas vain de se souvenir des croyances anciennes.

Tu verras, après maintes épreuves, le mal vaincu ; et honnêtement, que demander de plus ?

Tout ceci, lecteur, qui était dans le roman de Stoker, tu le verras ici littéralement prendre vie sous la plume de Bess.

De superbes planches en noir et blanc te feront pénétrer dans l'univers du plus célèbre des vampires.  Cadrages sans cesse changeants, planches grand format ou vignettes, Bess cinématographise son récit. À la fois très précis et très dynamique, s'adaptant aux pleins et déliés du récit, le style allie beauté et énergie.
L'approche résolument gothique qu'il adopte donne profondeur et ancienneté tant au château déprimant du comte qu'aux étendues enneigées du col de Borgo ou aux repaires londoniens du monstre.

Et quel traitement des deux héroïnes du récit ! Eclate sous le regard tant la fragilité éthérée de Lucy que la solidité pragmatique de Mina.
Loin de la version aristocratique de Christopher Lee (ne parlons pas des autres), son Dracula est bien la bête moins qu'humaine que décrit Stoker. Aucun arrangement n'est possible avec une telle créature surgie de l'enfer, qui rampe sur les murs et ne partage avec l'humanité qu'une ressemblance physique fluctuante.

Le gothique est du romantisme noir ; l'album de Bess, comme le roman original, est du pur gothique. La couverture – mort et fleur de tombe – donne le ton sans ambiguïté possible. Si tu l'aimes, lecteur, tu aimeras ce qu'elle dissimule.

Georges Bess est connu pour avoir dessiné Le lama blanc de Jodorowski. Ca c'était jusqu'à présent. Dorénavant, il est pour l'éternité celui qui a réalisé la meilleure adaptation BD de Dracula.

Dracula, Bess, Stoker

Commentaires