mercredi 10 juillet 2019

La controverse de Zara XXIII - John Scalzi - Retour de Bifrost 91


Zara XXIII, une planète sauvage à des dizaines d'années-lumière de la Terre. Dépourvue d'espèce sentiente, qui pourrait en revendiquer la propriété, et riche de ressources naturelles, Zara XXIII est exploitée à tous les sens du terme par la ZaraCorp. Seule concession aux règles strictes de l'administration coloniale, respecter un minimum l’environnement de la planète, dans un mix de précaution et de remise en état qui s'apparente plus à du greenwashing qu'à un vrai souci environnemental. Les actionnaires s'enrichissent, certains prospecteurs aussi.

L'un de ces prospecteurs s’appelle Jack Holloway. Bordélique, peu respectueux des règles, fort en gueule, Holloway a bien peu d'amis sur Zara XXIII ; il est considéré, à juste titre, comme un vrai connard. Et voilà qu'un jour, en prospection, le misfit foire une déflagration contrôlée. De là, deux issues possibles : il est viré pour le trouble environnemental causé ou associé à l'exploitation du fabuleux gisement de pierres précieuses qu'il a accidentellement découvert. Mais y aura-t-il exploitation ? Car Holloway découvre, dans son habitation, un petit groupe de créatures (les toudous !!! je n'invente rien), qui ressemblent à des chats en plus futés et dont le comportement amène à se demander s'ils ne seraient pas l'espèce intelligente de la planète. Si c’était le cas, tout devrait cesser et Zara XXIII devrait leur être restituée. On comprend que ça ne fasse pas l'affaire de la ZaraCorp. La bataille judiciaire commence, les coups bas aussi.

John Scalzi écrit ici une nouvelle version des Hommes de poche, de H. Beam Piper.
"La Controverse de Zara XXIII" a beau se passer dans l'espace, il se situe quelque part entre le western ou le roman colonial (ce qui revient un peu au même), mâtiné d'une approche qui se veut humoristique à la Cary Grant, sans oublier le film de procès. L'ensemble se lit vite et bien, mais n'est guère profond. Le titre choisi par l'éditeur veut inciter à lorgner vers La controverse de Valladolid, mais on en est loin ; le titre VO, Fuzzy Nation, est plus cohérent avec le ton du roman.

Publié en 1962 et nominé Hugo en 63, le Piper était sans doute adapté à son temps. En dépit de quelques patches (greenwashing, souci du patriarcat, etc.), la version de Scalzi est atrocement datée.
Tout y est : les oppositions surjouées entre Holloway et la Corp, les « méchants » coloniaux aussi immoraux que guère malins, le chien fidèle, le côté mutin de l'ex d'Holloway et le charmant couple qu'elle forme avec l'avocat de la compagnie, la bonne humeur volontariste de tout ce petit monde, la comédie judiciaire avec coups de théâtre à la barre, jusqu'à l'épiphanie d'Holloway se découvrant une conscience capable d'étouffer son égoïsme ou le final dans lequel la juge intègre sanctionne le Puissant et protège le Petit ; on se croirait dans un classique en NB.

Scalzi fait ce qu'il veut, mais la SF a évolué depuis. On pourra conseiller cet inoffensif roman à un jeune qui veut découvrir le genre ou à un récalcitrant qui veut s'encanailler sans trop se dépayser.

La controverse de Zara XXIII, John Scalzi

Aucun commentaire: