Sandman Nightmare Country 1 - Tynion IV - Estherren

BLOG EN MODE DÉGRADÉ ON REFERA MIEUX QUAND ON POURRA MIEUX. JUSQUE LÀ, LECTEUR, POUR ENCORE QUELQUES MOMENTS, IL TE FAUDRA ACCEPTER DE ME FAIRE CONFIANCE SUR JUSTE DEUX OU TROIS LIGNES. Sortie chez Urban du tome 1 du cycle Sandman Nightmare Country , traduit par l'incontournable Patrick Marcel. L'infâme Corinthien y est de retour dans le monde, à la recherche d'un autre cauchemar mortel, celui-ci non créé par Dream. Aidé de deux monstres sadiques à mi-chemin entre des Cénobites de Hellraiser et le couple Travolta/Jackson de Pulp Fiction , le mystérieux nouveau cauchemar, à l'origine inconnue, assassine tous ceux qui peuvent le repérer ; il traque ici notamment une jeune artiste qui a le malheur de le voir quand les autres ne le peuvent pas, et dont l'entourage est la tragique victime collatérale de ce don. Comme dans le brillant The Nice House on the Lake (qui sort d'ailleurs en VF chez Urban et que je conseille très vivement) , J. Tynion IV plonge le lecteur

Painless - Rich Larson


"Painless" est une nouvelle de Rich Larson téléchargeable gratuitement sur le site Tor.com

Et si Wolverine était africain ?
Mars est un combattant augmenté vivant dans une Afrique future. Insensible à la douleur, doté de pouvoirs de régénération proprement stupéfiants,  Mars a été pensé, modifié, utilisé pour des missions d'élimination physique.
On lui dit que ce qu'il fait est utile. Mais au fil des horreurs accumulées et des dommages collatéraux, la douleur morale devient la normalité de Mars. L'homme fait alors défection et tente de mettre fin à ses fonctions (Cf. Colonel Kurtz).
Pris au dernier moment par l'instinct de survie, il découvre qu'il n'est pas le seul de son espèce et trouve alors un but à sa vie même.

"Painless" est une nouvelle afrofuturiste nerveuse et rythmée. La biographie du personnage (de son enfance au présent) est amenée par flashes, la violence - jamais joyeuse - est omniprésente, et Mars prend en seulement quelques pages une densité certaine qui s'exprime au cœur d'une Afrique qui n'a pas encore oublié Boko Haram. Un très bon texte.

Painless, Rich Larson

Commentaires