La Mort à lunettes - Tome - Goffaux - Redj

Il y a des albums qui montrent et d'autres qui laissent déduire. " La Mort à lunettes " est de la seconde catégorie, tout le suggère. Son titre d'abord, dont on dira qu'il est énigmatique. Son début ensuite, violent et tragique, qu'on relit les premières pages passées en observant mieux les visages pour être sûr que c'est bien un flashforward – et donc toute la suite un flashback. Ses ellipses enfin, nombreuses, qui disent une biographie seulement par les portes qu'elle ferme lors d'un road trip final de New-York à Las Vegas aux début des années 2000, entre tournée d'adieu et baroud d'honneur pour Malcolm/Malek, un jeune noir new-yorkais converti à l'Islam en prison puis enrôlé dans un programme de com' de l'US Army. Un voyage conclusif avant l'Afghanistan que Malek entreprend avec l'aide et la compagnie d'Alexander, un vieux juif exilé à NY rencontré par hasard à l'église dans laquelle Malek fait le ménage. Le v

Painless - Rich Larson


"Painless" est une nouvelle de Rich Larson téléchargeable gratuitement sur le site Tor.com

Et si Wolverine était africain ?
Mars est un combattant augmenté vivant dans une Afrique future. Insensible à la douleur, doté de pouvoirs de régénération proprement stupéfiants,  Mars a été pensé, modifié, utilisé pour des missions d'élimination physique.
On lui dit que ce qu'il fait est utile. Mais au fil des horreurs accumulées et des dommages collatéraux, la douleur morale devient la normalité de Mars. L'homme fait alors défection et tente de mettre fin à ses fonctions (Cf. Colonel Kurtz).
Pris au dernier moment par l'instinct de survie, il découvre qu'il n'est pas le seul de son espèce et trouve alors un but à sa vie même.

"Painless" est une nouvelle afrofuturiste nerveuse et rythmée. La biographie du personnage (de son enfance au présent) est amenée par flashes, la violence - jamais joyeuse - est omniprésente, et Mars prend en seulement quelques pages une densité certaine qui s'exprime au cœur d'une Afrique qui n'a pas encore oublié Boko Haram. Un très bon texte.

Painless, Rich Larson

Commentaires