Le Molosse - Tanabe d'après Lovecraft

Sortie du neuvième volume des adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe. " Le Molosse " est le premier recueil réalisé par le mangaka japonais, il réunit trois nouvelles : Le Temple , écrite en 1920, Le Molosse , écrite en 1922, et La Cité sans nom , écrite en 1921. Le Temple est la plus longue et la plus réussie imho. Dans les coursives d'un U-boat allemand en perdition durant la première guerre mondiale, on plonge vers une cité engloutie alors que la folie gagne peu à peu tout l'équipage. Dure, claustrophobique, Le Temple , dans une ambiance éprouvante à la Das Boot , met l'homme face à des terreurs et des anciennetés sans nom. Un très bon récit joliment adapté. Le Molosse est plus (trop) classique. Deux amis occultistes, l'un des deux est le narrateur, première mention lovecraftienne du Nécronomicon , créature hostile invoquée involontairement par une amulette magique, on est ici dans du trop classique, encore trop proche de l'horreur traditionnelle en

Brève revue BD/ Comics : Crusaders tome 1 et The Quantum Age


Juste deux mots.

Le premier pour Crusaders tome 1, intitulé "La colonne de fer".
Le premier tome du nouveau triptyque de Christophe 'Prométhée' Bec est une belle réussite scénaristique et graphique.
Plusieurs fils entremêlés – la plupart en flashbacks – montrent comment la colonie guère démocratique de Titan reçoit un message, une invitation, émis depuis la plus éloignée des galaxies connues, à des milliards d'AL.
Comment une jeune femme prénommée Natalia est formée à la science et à l'amour de l'espace par son père, un quasi dissident.
Comment la très brillante Natalia est sélectionnée pour devenir la chef de l'expédition humaine vers la source du message, à bord des vaisseaux à la technologie incompréhensibles dont les plans étaient joints à l'invitation.
Comment l'aventure tourne au désastre, sur une planète gelée abritant une forme de vie qui ne partage rien avec ce que nous considérons habituellement comme la vie.

Avec "La colonne de fer", Bec se lance dans la Hard-SF sans oublier de dire explicitement son amour pour Star Trek ;)
Même si les personnages – hormis Natalia – sont pour le moment peu développés, c'est à une belle et exaltante aventure que Bec convie le lecteur. Hard-SF au-delà de ce qu'on trouve d'habitude en BD, il n'oublie pas de filer une histoire entraînante, pleine de risque, de mystère, et surtout de cette volonté d'aller au bout de l'inconnu pour chercher du nouveau qui caractérisait le merveilleux scientifique de Verne entre autres.
Et puis il n'inclut aucun de ces personnages à la con au physique improbable qui sont parfois l'alpha et l'oméga de ce dont sont capables les auteurs de BD SF ; c'est incontestablement un plus.

Côté graphique, c'est majestueux, avec des doubles pages impressionnantes qui envoient dans la face du lecteur l'ampleur de ce qui se passe dans le récit.

Un grand plaisir pour moi, et pourtant je ne suis habituellement pas très fan de BD SF.





Le second pour "The Quantum Age", de Jeff Lemire. Une histoire située dans l'univers de Black Hammer, quelques siècles après.
C'est un récit de super-héros confrontés à la folie dictatoriale de l'un d'entre eux. Une histoire de résistance contre l'oppression, initiée par le groupe des survivants brisés de la prise de pouvoir initiale.
Indépendante, l'histoire fait néanmoins de nombreux liens avec la trame originale de Black Hammer ; les deux sont clairement liées.

Je ne suis guère fan du graphisme, très 'jeune', de Torres, mais je dois bien admettre que l'histoire se tient, que Lemire sait toujours inventer une narration cohérente et développer peu à peu des personnages, et, qu'en dépit d'un début durant lequel la nouveauté de cette saga cosmique et les graphismes m'ont laissé dubitatif, je me suis laissé convaincre sur la durée du TPB. Lemire reste donc l'un des scénaristes dont j'apprécie le plus le travail.

Crusaders t1, La colonne de fer, Bec, Carvalho
The Quantum Age, Lemire, Torres

Commentaires