La Mort à lunettes - Tome - Goffaux - Redj

Il y a des albums qui montrent et d'autres qui laissent déduire. " La Mort à lunettes " est de la seconde catégorie, tout le suggère. Son titre d'abord, dont on dira qu'il est énigmatique. Son début ensuite, violent et tragique, qu'on relit les premières pages passées en observant mieux les visages pour être sûr que c'est bien un flashforward – et donc toute la suite un flashback. Ses ellipses enfin, nombreuses, qui disent une biographie seulement par les portes qu'elle ferme lors d'un road trip final de New-York à Las Vegas aux début des années 2000, entre tournée d'adieu et baroud d'honneur pour Malcolm/Malek, un jeune noir new-yorkais converti à l'Islam en prison puis enrôlé dans un programme de com' de l'US Army. Un voyage conclusif avant l'Afghanistan que Malek entreprend avec l'aide et la compagnie d'Alexander, un vieux juif exilé à NY rencontré par hasard à l'église dans laquelle Malek fait le ménage. Le v

Outcast 4 - Under Devil's Wing - Kirkman, Azaceta


Outcast, c'est lent. C'est écrit partout, et c'est vrai. Mais c'est aussi de très bonne qualité. "Under Devil's Wing", le quatrième opus ne fait pas exception à la règle.

La petite ville de Rome est bien plus concernée par la possession que les premiers moments de la série ne le laissaient supposer. Les possédés sont légion, jusqu'à des très proches des héros, et peut-être depuis longtemps.

Les possédés ne se cachent presque plus et la pression devient tangible dans la ville. Le moment de la Grande Fusion (?) approche. La nature de ce bouleversement n'est pas claire mais elle ne laisse pas d'inquiéter car on imagine bien une prise de possession massive.
Le tipping point est proche, tout le dit.

La nature des "esprits" eux-mêmes est toujours aussi imprécise. Non-humains c'est sûr, surnaturels, pas évident ; en tout cas hors de la métaphysique chrétienne, n'en déplaise au troublé révérend Anderson. Loin d'être tout blanc ou tout noir en tout cas.
De fait, ils ressemblent de plus en plus à un troupeau - dont Sidney serait le pasteur - en marche vers une terre promise. Mais si on peut comprendre les "esprits", il semble impossible de les cautionner. En effet, qu'advient-il du libre arbitre des possédés ? Il ne faudrait pas les oublier dans l'histoire.

Ce qu'on sait c'est qu'il y a eu une guerre dans les cieux, c'est certain, et que Kyle en a été partie. Il l'est toujours aujourd'hui, dans notre monde. Lui, et les membres de sa famille. Mais, si on découvre dans ce tome le mécanisme de son pouvoir d'exorcisme, on ne sait toujours pas quelle est la nature exacte du jeune homme ni l'enchainement des événements qui l'ont conduit à être ce qu'il est.

La narration prend son temps. Elle est toujours aussi maitrisée. Elle installe une tension qui monte progressivement puis explose régulièrement dans des scènes de violence éruptive qui libèrent le trop-plein d'énergie accumulé dans le ressort. Du nouvel équilibre créé, la tension recommence à grimper vers le palier suivant. Toujours plus près du sommet, de l'explication, de la confrontation.
Captivant.

Outcast t4, Under Devil's Wing, Kirkman, Azaceta

Commentaires