Le Molosse - Tanabe d'après Lovecraft

Sortie du neuvième volume des adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe. " Le Molosse " est le premier recueil réalisé par le mangaka japonais, il réunit trois nouvelles : Le Temple , écrite en 1920, Le Molosse , écrite en 1922, et La Cité sans nom , écrite en 1921. Le Temple est le plus longue et la plus réussie imho. Dans les coursives d'un U-boat allemand en perdition durant la première guerre mondiale, on plonge vers une cité engloutie alors que la folie gagne peu à peu tout l'équipage. Dure, claustrophobique, Le Temple , dans une ambiance éprouvante à la Das Boot , met l'homme face à des terreurs et des anciennetés sans nom. Un très bon récit joliment adapté. Le Molosse est plus (trop) classique. Deux amis occultistes, l'un des deux est le narrateur, première mention lovecraftienne du Nécronomicon , créature hostile invoquée involontairement par une amulette magique, on est ici dans du trop classique, encore trop proche de l'horreur traditionnelle en

14-18 La photo - Corbeyran - Le Roux - Usure


Juillet 1916. Le petit groupe d’amis partis à la guerre entame sa deuxième année au front. La bataille de la Somme a commencé, mais on n’en voit pas grand chose dans l’album. Si, un char britannique en panne qui jouera, à la fin, un rôle essentiel dans la résolution de l’épreuve que traverse le groupe.
Cette nouvelle arme arrivait, elle était très imparfaite, et l’armée française n’était guère enthousiaste. On sait ce qu’il en advint en 40, en dépit des exhortations du colonel De Gaulle à employer l’arme blindée comme une arme de première ligne.

Juillet 1916, c’est aussi l’année où Sarah Bernhardt, amputée et en fauteuil, alla exhorter les soldats. Cet épisode est rappelé dans l’album.

Dans l'album, c'est Pierre, mécanicien et bricoleur, qui joue les premiers rôles. Son personnage est central dans le récit, tant pour la partie front que pour la partie arrière.
On découvre son secret honteux.
On admire sa grandeur d’âme ainsi que son ingéniosité. Grandeur d’âme qui sauve un aviateur abattu mais coûte son visage à l’un de ses amis. L’enfer est pavé de bonnes intentions ; au front aucune joie n’est sans tâche.

Pour tous, après deux ans de massacre les soldats sont fatigués. En dépit de l’amitié ancienne et des liens forgés au combat, la dépression arrive, le retrait hors du monde dans un enfer personnel où chacun se retrouve seul dans le no man’s land de son désespoir. Dans un monde insensé, difficile de trouver la moindre raison de vivre, difficile même de conserver la foi pour ceux qui l’ont. La guerre transforme les hommes de manière irrémédiable. Dans leur corps bien sûr - on assiste au calvaire d’une gueule cassée -, et dans leur tête tout autant. Voila pourquoi autant de poilus ne parleront jamais après. L’expérience est indicible et, qui plus est, on rêve de l’oublier.

Deuxième opus un peu décevant dans la série 14-18. Pour une raison que je m’explique mal, la tension des premiers tomes est retombée et, même si l’album est agréable à lire, on reste un peu sur sa faim - à l’exception d’un très beau dialogue sur la foi, ce qu’on y cherche, et ce qu’on peut y trouver.
Reste néanmoins le plaisir de suivre depuis six numéros un groupe d’amis dans la guerre, de voir comment chacun est le soutien des autres, et comment leur solidarité est la seule chose qui leur permet de tenir face à l’incroyable. C’est précisément le thème du joli jeu coopératif Les Poilus que je recommande pour de petites parties rapides et amusantes.

14-18 tome 6, La photo, Corbeyran, Le Roux

Commentaires