Conan L'heure du dragon - Blondel - Sécher

" L'heure du dragon " est le seul roman de Conan écrit par Howard. Il a été adapté dans les années 70 par la fine équipe Roy Thomas - Gil Kane. Il l'est une nouvelle fois ici par le duo Julien Blondel (scénariste de Elric, décidément! il aime les personnages myhthiques)  - Valentin Sécher (dessinateur de Méta Baron) . On peut rêver pires adaptateurs. Conan est roi d'Aquilonie. Plus pour longtemps quand le roman commence. Car trois nobles ambitieux ont tiré le très maléfique empereur Xaltotun de Python d'un sommeil de 3000 ans en usant pour ce faire du légendaire Cœur d'Ahriman. En échange ils lui demandent de les aider à usurper les trônes de Némédie et d'Aquilonie. Pour cela Conan doit mourir. Mais si, sur le champ de bataille, Xaltotun tient parole et offre aux félons une victoire écrasante sur l'armée aquilonienne, il a, en revanche, d'autre projets pour un Conan qu'il préfère emprisonner secrètement. De fait il a plus globalement d'

Brève revue de Comics : Harrow County 1 - Descender 1

Premier TPB, intitulé "Countless Haints" du Harrow County de Bunn et Crook. Le scénariste du western fantastique The Sixth Gun revient avec une histoire de sorcière brulée puis réincarnée. L'histoire encore d'une jeune fille qui est plus qu'elle ne paraît mais aussi plus qu'elle ne croit. L'histoire enfin des "golems" créés pour servir voire adorer la diabolique dans l'Amérique très rurale des années 20 semble-t-il.

Le volume n'est pas déplaisant mais peine à captiver. Même lorsqu'il veut surprendre, ce n'est pas renversant, même à l’occasion du twist final qui intrigue mais ne bouleverse pas. La faute peut-être à une construction de personnage trop rapide ou à une intrigue un peu simple. Il manque de l'émotion à ce comic, et la jubilatoire démesure narrative que Bunn mettait dans The Sixth Gun ne se retrouve pas dans cette histoire presque intimiste mais manquant d’humanité. De plus, des dessins et une colorisation directe très laids n'aident ni à identifier les personnages ni à s'en faire des amis. Douteux, douteux, tout ça.

Harrow County 1, Countless Haints, Bunn, Crook

Espâââce, frontière de l'infini. La confédération galactique (modeste, 9 planètes en tout) a été presque détruite lors d'une attaque brutale et incompréhensible conduite par des robots géants d'origine inconnue qu'on nomma, faute de mieux, Harvesters. L'assaut terminé, la confédération était plus fracturée que jamais et la haine des mechs brulante. Les survivants se lancèrent alors par vengeance dans un "génocide" robotique ; le terme n'est pas excessif étant donné l’intelligence, le nombre, et l'omniprésence des robots qui peuplaient la confédération avant les évènements.

Dix ans après les faits, ce qui reste du gouvernement galactique pense avoir trouvé une piste sur l'origine des Harvesters qui permettrait peut-être de leur résister un jour. Il semble qu'un petit robot humanoïde de compagnie, Tim-21, seul survivant d'une lointaine colonie minière, puisse détenir, à son insu, une des clefs du problème. Une mission officielle et armée part donc à sa recherche. Mais d'autres, moins bien intentionnés, veulent aussi mettre la main sur Tim-21. Le clash est inévitable, et le petit robot, bien seul dans l’immense univers, se retrouve dans la position inconfortable d'être l'enjeu involontaire d'un conflit qui le dépasse.

Avec "Tin Stars", Jeff Lemire raconte de nouveau l'histoire d'un enfant étrange confronté à l'adversité. Tim-21 émeut comme le faisait Gus. Son innocence et sa faiblesse enflamment la sympathie du lecteur, comme le faisait son prédécesseur, même si, pour l'instant, Descender semble moins stressant que Sweet Tooth. Tim-21 semble en effet moins seul, moins en danger, que Gus, entouré qu'il est d'un commando petit mais armé et entrainé. Cela peut changer car si la confédération et sa dissidence se disputent Tim-21, d'autres forces, encore discrètes, sont aussi à l’œuvre, et ni le monde ni le passé de la confédération inventée par Lemire n'ont encore livrés tous leurs secrets au lecteur. Sans oublier, pour achever de charger la barque, qu'on ne sait toujours pas d'où vinrent les Harvesters, pourquoi ils le firent, et s'ils pourraient revenir.
C'est dessiné par Nguyen dans un style très esquissé qui rappelle d'une certaine manière Sweet Tooth, mettant l'accent sur le caractère juvénile du héros et donnant au lecteur l'impression qu'il lit une histoire enfantine. Le lettrage est intéressant, changeant avec l'orateur.
Une série à suivre imho.

A noter que la série existe en français chez Urban depuis peu.

Descender 1, Tin Stars, Lemire, Nguyen

Commentaires