Dissipatio H.G. - Guido Morselli

« Il suffit d'un peu de courage.  Plus la douleur est déterminée et précise, plus l'instinct de la vie se débat, et l'idée de suicide tombe.  Quand j'y pensais, cela semblait facile. Et pourtant de pauvres petites femmes l'ont fait. Il faut de l'humilité, non de l'orgueil.  Tout cela me dégoute.  Pas de paroles. Un geste. Je n'écrirai plus. » Ces phrases, les dernières du Métier de vivre de Pavese, sont écrites neuf jours avant son suicide. Cette « idée de suicide », ce désir de mort, le narrateur anonyme de " Dissipation H.G. " les partage. Mais lui recule, n'utilise pas sa « fiancée à l’œil noir », et lorsqu'il sort de la grotte où il pensait mettre fin à ses jours, il réalise qu'il est maintenant seul sur Terre. Que toute l'humanité a disparu. Que ne reste plus que lui dans un monde vide d'hommes. " Dissipatio H.G. " est le journal de son expérience, vécue entre un village de montagne et la ville proche de Zuri

Promise t3 : l'Incube


La petite ville de Promise, maintenant complètement isolée, s'achemine vers l'Apocalypse. Sous la férule du maléfique "pasteur" Laughton, les habitants se préparent à résister à ce Mal annoncé, qui viendrait de l’extérieur, sans voir que c'est en son sein qu'il réside déjà.

La fin des temps approche de toute façon. Dans le ventre de Rachel grandit l'incube qu'y a placé Laughton. Plus que quelques jours à attendre ; la naissance du bébé mettre, dans le sang, un terme au calvaire de Promise.

A moins que Rachel, fille-tonnerre, ne parvienne à se mettre en travers du chemin du démon...
A moins que Corey, qui a fui pour aller chercher l'aide des autorités, ne revienne avec la cavalerie, même au dernier moment...

Suite et fin de la trilogie fantastique. Dans un crescendo effrayant, la ville de Promise va vers sa fin annoncée, la grossesse de Rachel aussi, et Laughton attend avec impatience la réussite prochaine de ses sombres machinations. C'est sans compter sans les rares qui résistent (et que Laughton n'a pas eu le temps ou le loisir d'éliminer).

La conclusion (scénario comme dessin) est satisfaisante, juste un peu rapide, c'est dommage, on aurait volontiers vu plus de suspense ou de rebondissements. Néanmoins, c'est à une belle balade, d'une noirceur extrême, que Thierry Lamy, assisté de Mikaël, a convié le lecteur, et c'est avec plaisir qu'elle a été accomplie.

Promise t3, Incubus, Lamy, Mikaël

Commentaires