The Department of Truth t3 - Tynion - Simmonds - Bidikar

Le TPB 3 de Department of Truth sort de la chronologie précédente pour se centrer sur les Histoires alternatives et le personnage de Lee Harvey Oswald, en réunissant les issues #6-7 et les #14-17. Il est nécessaire de lire les chroniques précédentes pour savoir où on met les pieds. C'est dans les Archives que commence la « carrière » d'Oswald au sein du Département, juste après son « assassinat » par Jack Ruby. Il y apprend à quel niveau de globalité peut se réécrire la « vérité », à quel point une telle réécriture peut avoir un effet apocalyptique aussi bien dans l’espace connu que dans le temps long passé et futur, comment des organisations puissantes ont toujours cherché – et parfois réussi – à maîtriser le narratif et par là-même à altérer de manière définitive la réalité. Dans cette partie, avec Lee, on croise l'Empire roman, l'Eglise catholique, Charlemagne et le Saint-Empire Romain Germanique. Rien de moins. Suit la montée en puissance d'un Oswald qui veut c

Deux oeuvres dispensables


"Something going around", d'Harry Turtledove, est une courte nouvelle offerte par Tor.com.

Ou, comment écrire 25000 caractères en délayant un pitch d'une ligne. Si on veut se repaitre d’histoires de parasites complotistes et manipulateurs, on préfèrera lire Parasite, de Mira Grant.


« A Horror/Crime mashup that's equal parts Ocean's 11 and The shining » Diantre !

Dans une ambiance pulp pas déplaisante, "Ghosted" est une histoire de vol de fantôme qui met en scène une équipe de spécialistes payée par un richissime collectionneur. Rien ne tournera comme prévu, d'abord car chacun dissimule des secrets.
Ce n'est pas déplaisant à lire mais ce sera très vite oublié, l'histoire étant finalement assez banale et pas toujours cohérente, que ce soit dans la logique des évènements ou dans les motivations et interactions des personnages. Si on veut explorer des maisons hantées, on préfèrera La maison des damnés, de Richard Matheson, ou, dans un autre genre, Hantise, de Shirley Jackson.

Commentaires