Willie le zinzin, Stephen King dans Bifrost 104

Dans le Bifrost 104 , en plus de la critique de toutes les nouveautés SFFF et des rubriques habituelles, on trouve une nouvelle de Stephen King en exclusivité mondiale (excusez du peu) . Elle s'intitule " Willie le zinzin " et parle de pandémie Covic, mais pas que. Oh non, pas que. King, en vieux maitre de l'horreur, y prouve qu'avec très peu de pages on peut écrire un texte aussi troublant que surprenant, un texte qui illustre l'adage selon lequel Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir .

Deux oeuvres dispensables


"Something going around", d'Harry Turtledove, est une courte nouvelle offerte par Tor.com.

Ou, comment écrire 25000 caractères en délayant un pitch d'une ligne. Si on veut se repaitre d’histoires de parasites complotistes et manipulateurs, on préfèrera lire Parasite, de Mira Grant.


« A Horror/Crime mashup that's equal parts Ocean's 11 and The shining » Diantre !

Dans une ambiance pulp pas déplaisante, "Ghosted" est une histoire de vol de fantôme qui met en scène une équipe de spécialistes payée par un richissime collectionneur. Rien ne tournera comme prévu, d'abord car chacun dissimule des secrets.
Ce n'est pas déplaisant à lire mais ce sera très vite oublié, l'histoire étant finalement assez banale et pas toujours cohérente, que ce soit dans la logique des évènements ou dans les motivations et interactions des personnages. Si on veut explorer des maisons hantées, on préfèrera La maison des damnés, de Richard Matheson, ou, dans un autre genre, Hantise, de Shirley Jackson.

Commentaires