Conan L'heure du dragon - Blondel - Sécher

" L'heure du dragon " est le seul roman de Conan écrit par Howard. Il a été adapté dans les années 70 par la fine équipe Roy Thomas - Gil Kane. Il l'est une nouvelle fois ici par le duo Julien Blondel (scénariste de Elric, décidément! il aime les personnages myhthiques)  - Valentin Sécher (dessinateur de Méta Baron) . On peut rêver pires adaptateurs. Conan est roi d'Aquilonie. Plus pour longtemps quand le roman commence. Car trois nobles ambitieux ont tiré le très maléfique empereur Xaltotun de Python d'un sommeil de 3000 ans en usant pour ce faire du légendaire Cœur d'Ahriman. En échange ils lui demandent de les aider à usurper les trônes de Némédie et d'Aquilonie. Pour cela Conan doit mourir. Mais si, sur le champ de bataille, Xaltotun tient parole et offre aux félons une victoire écrasante sur l'armée aquilonienne, il a, en revanche, d'autre projets pour un Conan qu'il préfère emprisonner secrètement. De fait il a plus globalement d'

Vers la Kaaba


Voici le tome 2 de l’adaptation BD de la vie du Capitaine Sir Richard Francis Burton, intitulé "Le voyage à la Mecque". Je renvoie le lecteur à ma chronique du premier volume pour des éléments sur la biographie du grand explorateur ; l’épisode narré ici fait suite à la recherche des sources du Nil.

Rentré à Londres et trahi par son collègue et ami John Speke (lui-même poussé par le journaliste polémiste Laurence Oliphant), Burton doit défendre son honneur devant la Société royale de Géographie et prouver qu’il est bien celui qui a découvert les légendaires sources, contrairement aux dires du duo Speke – Oliphant. La confrontation entre les deux hommes n’aura jamais lieu ; Speke se suicide, l’annonce en est faite juste avant le débat. Face à une assemblée dont une bonne partie lui était déjà hostile et dont une autre le devient au vu des évènements, Burton réagit en défendant son travail et sa probité, non seulement à propos des sources du Nil mais également en ce qui concerne son voyage à la Mecque, qu’il raconte donc ici.

Déguisé en musulman, poussant le perfectionnisme jusqu’à se circoncire, Burton fut l’un des tous premiers occidentaux non musulmans à se rendre à la Mecque, intrusion qui aurait pu lui coûter la vie s’il avait été découvert. Partant en compagnie de nombreux autres candidats au Hajj, il connaîtra voyage en bateau surchargé, caravane de pèlerins traversant une terre aride, bandits du désert pillards et assassins, exploiteurs vendant à prix prohibitifs l’eau ou les chameaux. Démasqué par l’un de ses compagnons de route, il l’abattra pour sauver son secret et sa vie. Il atteindra enfin la Mecque où il réalisera, comme lors de ses étapes précédentes (Médine, etc.), cartes, dessins, et prise de coordonnées géographiques. Courage, ruse, intelligence, force, Burton parviendra à rentrer en Angleterre et à y ramener le riche fruit de ses pérégrinations.

L’album est aussi documenté que son prédécesseur. Il comprend aussi un dossier historique à la fin de l’ouvrage. Le scénario est un peu moins prenant que celui du premier tome car Burton est seul dans cette expédition, ce qui fait que les moteurs de la rivalité entre lui et Speke et de la complicité entre lui et Sidi Bombay sont absents.

La déception concerne les dessins. Changement de dessinateur, donc changement de style. Les personnages sont laids, les décors trop souvent étiques. Je pense que, pour partager quelques moments de la vie palpitante de Burton, il est raisonnable de supporter la vue de ces vilaines figures, mais je comprendrai qu’on ne veuille pas s’y astreindre.

Captain Sir Richard Francis Burton, t2, Le voyage à la Mecque, Clot, Nikolavitch, Marty

Commentaires