Conan Le dieu dans le sarcophage - Headline - Civiello

Juste un petit mot de rien du tout parce qu'il ne faudrait pas que chroniquer Conan en BD devienne une habitude . " Le dieu dans le sarcophage " est le onzième volume des adaptations de Conan en BD chez Glénat. " Le dieu dans le sarcophage " est l'une des toutes premières nouvelles de Howard mettant en scène le personnage du Cimmérien. Après quelques éléments de background sur les civilisations maléfiques qui précédèrent dans l'Histoire le très inquiétant royaume de Stygie, on y voit un Conan engagé par un noble pour voler une coupe de grande valeur dans le trésor d'un riche collectionneur. Catastrophe, quand le barbare arrive sur les lieux de son forfait à venir il tombe sur le cadavre du collectionneur, et sur un garde qui le met en joue avec son arbalète. Catastrophe bis, arrivent sur ces entrefaites le chef du conseil inquisitorial de la ville, Demetrius, accompagné du brutal Dionus, chef des pandores locaux, et de quelques gardes armés. Arrivé s

Shock the monkey


"Les Assassins d’Oz" est un comics écrit par Angelo Tirotto, dessiné et colorisé par Richard Jordan. Il a été récemment traduit par et publié par Atlantic BD.

Retour pour moi dans l’entourage du Magicien d’Oz.

Ici et maintenant. Le Kansas, une tornade, un couple de fermiers tué pendant l’événement. Pendant, c’est sûr, mais par la tornade ? Ou par autre chose de bien plus sinistre ?

Meurtres atroces et mystérieux, liens du sang occultés, écho d’une nuit d’été 59 durant laquelle germèrent les ferments d’une vengeance à venir, vieux secrets enfouis sous la mauvaise conscience d’une communauté villageoise, "Les Assassins d’Oz" sont une série B tout à fait intéressante sur le plan de l’histoire. On est ici dans une ambiance de film d’horreur ou dans un roman de Stephen King (penser à Simetierre) ; je vous épargnerai la référence à « I know what you did last summer ».

Nanti d’une histoire rythmée, cruelle, dure, sans concession sur le plan de la violence, mais sans grande surprise, ainsi que de personnages un peu « cookie cutter », "Les Assassins d’Oz" est d’une lecture agréable sans être le moins du monde indispensable. Le comics m’a rappelé ces innombrables DVD vus avec plaisir mais dont le souvenir s’estompe rapidement, sans qualité ni défaut mémorable. On prendra plaisir néanmoins à trouver les easter eggs disséminés dans le comics ; petit plaisir futile mais qui m’amuse toujours, et je ne suis pas le seul (je ne les donnerai qu’en mp).

Quelques points méritent néanmoins d’être pointés comme regrettables. D’une part certaines scènes ne sont pas totalement crédibles ou cohérentes (mais c’est, pour le meilleur ou pour le pire, la loi du genre). D’autre part, la caractérisation du shérif comme fan inconditionnel d’Elvis (et qui le cite à tout propos comme s’il citait Dieu) fait un peu artificielle, comme ces traits qu’on donne aux personnages dans les jeux de rôles. Ensuite, quelques lignes de texte prêtent à rire dans leur contexte (par exemple : « Pitié, ne nous violez pas » ou « Je te promets de tout te raconter quand je ne saignerai plus »). Enfin, et c’est le plus grave, les dessins sont souvent de mauvaise qualité. Corps et visages imprécis et irréguliers, décors et bâtiments réduits au plus faible niveau de détail, colorisation fade ; parfois il s’agit d’un style, ici ça sent juste le bâclé. Le magicien d’Oz de Fleming fut un émerveillement technicolor lors de sa sortie en 1939, Le monde fantastique d’Oz de Sam Raimi est un émerveillement 3D, difficile de dire de "Les Assassins d’Oz" qu’il est un émerveillement graphique.

Les Assassins d’Oz, Tirotto, Jordan

Commentaires