La ville dans le ciel - Chris Brookmyre

" La ville dans le ciel " est le premier roman SF de Chris Brookmyre. C'est un polar SF rythmé et dynamique qui met en scène un duo de policières que tout oppose enquêtant sur des meurtres dans une station spatiale géante que la corruption gangrène. Ce n'est pas l'écriture du siècle mais ça se lit avec plaisir. Je ne peux en dire plus car ma chronique sera dans le Bifrost n° 105, et elle ne reviendra ici qu’un an après la sortie de la revue (c’est à dire, pfff…). Je peux au moins donner le résumé de la couv’ car celui-ci est disponible partout : En orbite autour de la Terre, Ciudad de Cielo est la première marche permettant à l’humanité d’atteindre les étoiles. Décrite comme un lieu utopique où le crime n’existe pas, la station spatiale est néanmoins contrôlée par des gangs qui se livrent une guerre sans merci : prostitution, contrebande et racket sont omniprésents. Jusqu’ici, les autorités ont toujours fermé les yeux. Mais les choses vont changer : u

Angle Mort 7


Sortie du numéro 7 de la revue numérique Angle Mort.

Un édito avec lequel je ne suis exceptionnellement pas raccord, quatre nouvelles, quatre interviews de leurs auteurs.

Poneys, de Kij Johnson, est une très courte nouvelle, glaçante, avec des petits poneys, des petites filles cruelles, des marques et des rôles cookie-cutter. Un texte très dérangeant.

Sept secondes pour devenir un aigle, de Thomas Day, est la description passionnante d’un écologiste radical, voire plus (ironiquement publiée après l’échec prévisible de Rio+20). Ne plus se compromettre et changer les choses, c’est la quête de Léo. Changer les choses car ça devient indispensable, par des actes spectaculaires qui ne changent en fait rien, ou par la parole et l’explication, comme le conseillait Depeche Mode dans New Dress « You can't change the world But you can change the facts And when you change the facts You change points of view If you change points of view You may change a vote And when you change a vote You may change the world ». Choisis ton camp, camarade.

La plupart de mes amis se composent d’eau aux deux tiers, de Kelly Link. Une étrangeté un peu vaine.

Une révolte astucieuse et courtoise des morts, de Ian McDonald, développe sa théorie fondamentale : les mêmes technologies sont disponibles partout dans le monde, mais chaque culture en fait un usage différent. Il s’y insurge à juste titre contre l’exploitation des terres africaines par les chinois, la corruption endémique de ces pays, et la baisse de leur niveau de vie qui en est la conséquence. C’est un texte futé, auquel on pourrait reprocher si on voulait être déplaisant de faire trop manifeste déguisé et trop peu récit littéraire.

Commentaires

Lorhkan a dit…
Ça vaut encore le coup, en somme...
Guillaume44 a dit…
C'est vrai que pour l'édito on en a bien parlé sur Planète SF.
Gromovar a dit…
Oui, et pour moins de 50 % du prix d'un paquet de clopes.
Tigger Lilly a dit…
Han ! Une nouvelle avec des poneys dedans ! J'ai des étoiles dans les yeux *_*
Gromovar a dit…
Fais attention. Elle fait pleurer.
Unknown a dit…
J'ai lu la nouvelle de Johnson. C'est vraiment très malsain et glauque.