Elder Race - Adrian Tchaikovsky

" Elder Race " est un court roman du très prolifique Adrian Tchaikovsky. C'est un texte qui touche à deux genres. Explications. Lynesse est la quatrième fille de la reine de Lannesite, un petit royaume dans un monde qui n'a guère dépassé un niveau technologique médiéval. Pensez, on y croit même à la magie, aux magiciens, aux démons. C'est dire... Quatrième de sa fratrie, le poids politique de Lynesse est quasi-nul, d'autant que sa crédibilité propre ne vaut guère mieux. Considérée comme indocile et foldingue, Lynesse est la déception constante d'une mère qui ne lui demandait pourtant pas beaucoup plus que d'exister sans déshonorer sa lignée. Mais Lynesse est aussi la descendante d'Astresse, cette reine de Lannesite qui convainquit le sorcier Nyrgoth de venir à l'aide du royaume quand un démon le menaçait. Et cette ascendance échauffe le sang de la jeune fille qui se rêve en nouvelle Astresse, héroïne admirée de tous et sauveuse effective du roy

Henri veut, par Henri, déshériter Henri


Cette suite au plaisant Rapines du Duc de Guise est documentée et complexe, comme le roman qui l'a précédée. Elle narre les tentatives de Catherine de Médicis pour approcher Henri de Navarre, le futur Henri IV, dans l'ambiance délétère d'un règne agonisant, d'un pays ravagé par trente ans de guerres de religion, et d'une époque où duplicité et trahison sont la norme, à tel point que les assassins doublonnent et que des espions surveillent les espions. Mais, pour la première fois de ce que j'en ai lu, Jean d'Aillon sacrifie aux codes parfois outranciers du roman de cape et d'épée. Je trouve qu'il y a dans ce roman trop d'amour, trop de philtres d'amour, trop de plans diaboliques et presque incroyables, trop de coïncidences se produisant à point nommé, trop d'enfants cachés retrouvant finalement leur ascendance noble. Malgré la qualité de l'écriture et du travail documentaire, je n'arrive pas à adhérer. Mais je ne m'en prends qu'à moi, le titre aurait du me mettre la puce à l'oreille.
La guerre des amoureuses, Jean d'Aillon

Commentaires