Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

Bain de sang


J'avais lu et aimé L'enfant des cimetières, de Sire Cedric, l'an dernier. Je suis étonné de voir à quel point je pourrais reprendre le post précédent presque mot pour mot en ce qui concerne "De fièvre et de sang". Sire Cedric a trouvé une formule qui lui convient, et il s'y tient, ce qui n'est pas stupide vu l'efficacité de la dite formule.
Sur le fond, au personnage du Commandant Vauvert s'en ajoute un nouveau, dont le background complexe laisse présager l'arrivée future d'un troisième opus. Plus gore que "L'enfant des cimetières", "De fièvre et de sang" mèle de nouveau très habilement vraie enquête policière avec vrais interrogatoires, vraies déductions, vrais indices, et des éléments fantastiques qui ne paraissent jamais incongrus dans ce contexte prosaïque. Les qualités du premier roman sont toutes présentes ici, et les personnages gagnent, de plus, une certaine profondeur psychologique qu'ils n'avaient pas dans le premier roman. Ne résumant jamais les oeuvres, je ne peux dire plus ou autre chose que ce qui se trouve dans ma première chronique. C'est elle qu'il faut lire pour se donner envie. Pour les amateurs je reprends ma conclusion, c'est du Masterton avec une fin. Et je leur conseille vivement de lire ces deux romans dans l'ordre, c'est plus cohérent.
Quizz : Dans une scène du livre, l'enquêtrice interroge deux filles prénommées Alice et Marian. Quelle référence cachée y a-t-il ici ? (le premier à trouver gagnera un post dithyrambique).

De fièvre et de sang, Sire Cédric

Commentaires

Lhisbei a dit…
Sisters of Mercy ?

(pas encore acheté de Fièvre et de sang alors j'essaie de commenter le plus intelligemment possible ;-) )