Roger Zelazny - Le temps d'un souffle, je m'attarde

Ressortie aujourd'hui dans la toujours pertinente collection Dyschroniques du "Destination fin du monde" de Robert Silverberg qui n'était plus disponible en français depuis longtemps. Rappelons que la maison d’édition indépendante Le passager clandestin est une toute petite maison radicale, engagée et militante contre une certaine forme insatisfaisante du monde. Au milieu des non fictions, on y trouve la collection Dyschroniques qui remet à l’honneur des textes anciens de grands noms de la SF.  Nouvelles ou novellas posant en leur temps les questions environnementales, politiques, sociales, ou économiques, ces textes livrent la perception du monde qu’avaient ces auteurs d’un temps aujourd’hui révolu. On notera que chaque ouvrage à fait l’objet d’un joli travail d’édition, chaque texte étant suivi d’une biographie/bibliographie de l’auteur, d’un bref historique des parutions VO/VF, d’éléments de contexte, ainsi que de

Que sera sera


Voici un livre qui s'est mal vendu dans la jolie collection "Lunes d'encre", et, au vu de la qualité du livre, c'est particulièrement injuste. Il est ressorti récemment en poche et j'espère qu'il gagnera ainsi une nouvelle vie en France.
On sait que j'aime RC Wilson. L'auteur de "Spin" (est-il besoin d'en dire plus ?) est l'un des rares auteurs de SF véritable (autrement dit pas Bernard Werber par exemple) qui écrit des romans qu'on peut confier les yeux fermés à des lecteurs débutants dans le genre. En effet ce qu'étudie Wilson, plus que l'élément scientifique ou fantastique, c'est la réaction d'humains normaux confrontés au long cours à des évènements inexplicables et terrifiants. Il décrit des sociétés qui se transforme violemment quand leur environnement change ; il montre comment les croyances, les institutions, les relations sociales évoluent sous la pression de la nouveauté absolue. Là où la plupart des ouvrages fantastiques résolvent la crise dont ils sont gros en peu d'heures ou de jours, Wilson se donne des mois (Blind Lake) ou des décennies (Les chronolithes ou Spin). Dotée d'un temps suffisamment long pour ce faire, la société mondiale se transforme de manière drastique alors que rien d'objectif n'a changé en ce qui concerne l'environnement matériel dans lequel vit l'humanité. L'évolution des croyances dans un monde ouvert suffit à changer le monde (Max Weber avait raison : c'est l'éthique protestante qui fait le lit du capitalisme).
Que se passe-t-il donc dans "Les chronolithes" ? Quelques détails sans abandonner ma pose initiale consistant à ne pas fournir de résumé. Dans plusieurs lieux de la Terre se matérialisent out of thin air des monuments commémorant la victoire d'un homme appelé Kuin. C'est en soi surprenant mais l'étonnement est à son comble quand on sait que cette victoire est datée de 20 ans dans le futur. Ces monuments sont nommés Chronolithes et font l'objet d'un engouement extraordinaire. De ce moment la Terre va être transformée. Deux personnes vont chercher pendant des années à percer le mystère de Kuin pour s'opposer à sa prise de pouvoir, alors que les nations s'écroulent, que de nouveaux cultes apparaissent, que la peur de Kuin se change en désir de sa venue. Les chronolithes sont les armées de Kuin ; nous sommes en plein dans ce que les financiers appellent des prophéties auto-réalisatrices (toujours là Tiberix ?).
Comme toujours chez Wilson le récit est mélancolique et poignant. Il décrit mieux que personne des mondes qui meurent et le regret qui accompagne leur crépuscule. Il sait instiller le sentiment de l'inexorable. Si certains des lecteurs de ce blog ont été émus par la fin de Troisième Age et le départ définitif des elfes dans "Le Seigneur des Anneaux", ils le seront alors sûrement aussi par les romans de Wilson, en particulier "Spin" et "Les chronolithes".
Les chronolithes, R. C. Wilson

L'avis d'Arutha

L'avis d'Efelle

L'avis d'Hugin et Munin

Commentaires

Anonyme a dit…
Un excellent roman, qui annonce l'excellent Spin.

... faut que je pense à avancer Darwinia dans ma pile à lire (en attendant - longtemps, trop longtemps - Axis).
Gromovar a dit…
Axis est dans ma pile, en attente :)
Anonyme a dit…
Je trouve néanmoins qu'il y a quelques longueurs dans Les Chronolithes. J'ai préféré Spin, mais j'hésite encore à lire Axis, les critiques outre-Atlantique sont mitigées.
Anonyme a dit…
J'en parlais ici, tiens : http://www.kamunke.com/categorie-1094087.html
Gromovar a dit…
Très joli blog. Je le mets en lien sur le mien.
Anonyme a dit…
C'est sympa Gromovar. Merci :)