Vertèbres - Morgane Caussarieu

Avril 1997, Vieux-Boucau-les Bains, dans les Landes. Jonathan dit Jojo, un écolier de dix ans, est enlevé, emmené dans une camionnette par une « femme à barbe » si l'on en croit les témoignages de Sasha et Brahim, ses deux amis présents au moment des faits. Après une semaine d'inquiétude sourde pour la population de la petite station balnéaire – et singulièrement pour Sasha, Brahim, et Marylou, la mère de Jojo – l'enfant reparaît. Retrouvé par la gendarmerie sur une aire d'autoroute, Jojo est hagard, mutique, il a une vilaine blessure au flanc, et surtout, surtout, il a perdu toute la graisse qui faisait de lui un obèse morbide, diabétique entre autres pathologies. Réapparaître spontanément après un enlèvement est déjà étrange, mais réapparaître en ayant perdu 50 kilos en 7 jours, là, on dépasse l'entendement de quiconque. Qu'importe, dans l'immédiat, ce « détail ». La gendarmerie est contente d'avoir retrouvé un enfant vivant après 48 heures, ses amis s

Les détectives de l'occulte


Deux petits livres très agréables à lire viennent tout juste d'être publiés chez 10/18.
Fabrice Bourland, qui s'est fait une petite notoriété dans le monde de la short story, rend dans ces deux policiers un hommage appuyé à la littérature populaire du début du XXème siècle. Et c'est très réussi.
Deux détectives, aussi dissemblables que possible, enquêtent, durant les années 30, dans les milieux de l'occultisme et du spiritisme, milieux qui sont très actifs à cette époque et qui occupent beaucoup de personnalités de premier plan, y compris de nombreux scientifiques. Ici point de solution rationnelle, la solution est toujours surnaturelle. Fabrice Bourland a du beaucoup jouer à ces vieux jeux de rôles fantastiques que sont L'appel de Cthulhu et Maléfices (et qui ont bercé l'adolescence de votre serviteur).
Sur cette base, on sent à quel point l'auteur se fait plaisir en écrivant à la manière de... Ca ressemble furieusement aux feuilletons des années 1900, le style, le vocabulaire, tout y est. Les références abondent, et ce n'est pas un mot en l'air, (dans les noms de lieux, de personnages, de titres de chapitre, ou simplement au détour d'une phrase) et il est certain que personne ne pourra les trouver toutes. Le résultat est un exercice de style absolument jubilatoire (tiens, jamais utilisé ce mot-là) qu'on lit à la vitesse de l'éclair car c'est plaisant comme une friandise. Une sorte de pulp à la française.
Difficile d'en dire plus sans spoiler mais si vous aimez Sherlock Holmes, Arsène Lupin, Agatha Christie, les surréalistes, Alan Kardec, etc... vous ne pouvez passer à côté de ces livres.
Le fantôme de Baker Street, Fabrice Bourland
Les portes du sommeil, Fabrice Bourland

Commentaires

APL a dit…
Moi je jouais à l'oeil noir, petit, et aux "livres dont vous êtes le héros".
Ça a l'air pas mal ces bouquins, mais rien ne vaut un bon Elmore Leonard.
Tout ça pour dire que j'ai repris le blogging. @+