Le Molosse - Tanabe d'après Lovecraft

Sortie du neuvième volume des adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe. " Le Molosse " est le premier recueil réalisé par le mangaka japonais, il réunit trois nouvelles : Le Temple , écrite en 1920, Le Molosse , écrite en 1922, et La Cité sans nom , écrite en 1921. Le Temple est le plus longue et la plus réussie imho. Dans les coursives d'un U-boat allemand en perdition durant la première guerre mondiale, on plonge vers une cité engloutie alors que la folie gagne peu à peu tout l'équipage. Dure, claustrophobique, Le Temple , dans une ambiance éprouvante à la Das Boot , met l'homme face à des terreurs et des anciennetés sans nom. Un très bon récit joliment adapté. Le Molosse est plus (trop) classique. Deux amis occultistes, l'un des deux est le narrateur, première mention lovecraftienne du Nécronomicon , créature hostile invoquée involontairement par une amulette magique, on est ici dans du trop classique, encore trop proche de l'horreur traditionnelle en

7 nouvelles de trop


Ted Chiang est un jeune auteur connu et respecté dans le milieu. Il a gagné plein de prix, et pourtant je n'ai globalement pas aimé ce recueil de 8 nouvelles. Sauf une. Et c'est pour celle-là que je vais essayer de vous convaincre d'acheter "La tour de Babylone".
"L'histoire de ta vie" est une nouvelle formellement extraordinaire. L'histoire en deux mots : une linguiste participe à la première prise de contact avec une intelligence extra-terrestre. Elle décrit son patient travail, et parallèlement s'adresse à son enfant à venir à qui elle raconte sa vie future comme des souvenirs. Ce qui est absolument fascinant dans la nouvelle c'est la manière dont les deux récits s'imbriquent et en viennent à reproduire la structure linguistique de la race non humaine avec qui l'héroïne est en contact. Son récit est construit comme le sont ceux qui utilisent la xénostructure. Et ce glissement structurel arrive progressivement tout au long des pages et d'une manière parfaitement naturelle. Roland Barthes aurait sûrement adoré.
C'est donc une histoire extrèmement intelligente dont la mise en oeuvre est parfaite. Après la lecture on ressent un sentiment d'enchantement devant cette réussite.
Alors, bien sûr, un livre pour une nouvelle ça peut sembler cher, mais peut-être que vous, vous aimerez aussi les autres (après tout il a eu plein de prix donné par des gens compétents).
La tour de Babylone, Ted Chiang

Commentaires

le gritche a dit…
Je n'ai lu que les 4 premières nouvelles du recueil (à charge de revanche), mais je dirais que la nouvelle éponyme est très bien écrite, et celle du type devenant intelligent est formidable dans ces dernières pages. La froideur de "l'histoire de ta vie" m'a par contre coupé du truc. J'aime pourtant bien les réflexions linguistiques mais il manque la fibre émotive. Ce que vous dites des nouvelles suivantes ne me donne pas envie de poursuivre.
le gritche a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Gromovar a dit…
Je confirme que je n'ai globalement pas aimé. Ceci dit, ayant bien aimé "L'histoire de ta vie", nous n'avons peut-être pas les mêmes goûts :-)
A.C. de Haenne a dit…
"L'histoire de ta vie", la seule nouvelle que je viens tout juste de terminer. La question est : dois-je continuer la lecture de ce recueil ? On verra plus tard...

A.C.
Gromovar a dit…
Time will tell.