Once Upon a Time at the End of the World t 2 - Aaron - Tefenkgi

J'avais vraiment - et un peu étonnamment - aimé le tome 1 de Once Upon a Time at the End of the World . Ce tome 2, intitulé The Rise and Fall of Golgonooza , commence comme un mix incestueux entre Portlandia et Disneyland avant de virer à l'horreur peu expliquée si ce n'est par la nécessité de faire avancer le récit. Plus précisément on voit dans cette deuxième partie que l'amour ne dure pas toujours, que la beauté est dans les yeux de celui qui regarde, et blablabla. Pour les lecteurs échaudés qui ont envie de lire sur l'amour triste, je conseille de s'épargner cet album et de se contenter de lire les deux pépites de sagesse ci-dessous, plus rapides et bien plus utiles : "Our love will last forever, until the day it dies" Virgin Prunes Et, "I chose an eternity of this Like falling angels The world disappeared Laughing into the fire Is it always like this? Flesh and blood and the first kiss The first colors, the first kiss We writhed under a red

Hashishin


Une BD ou, comme disent les américains pour faire riche (et accessoirement créer un champ légitime de production culturelle, dommage que Bourdieu ne voit pas ça), une graphic novel. La différence entre les deux, à la louche, c'est qu'une BD c'est quelconque et une graphic novel c'est bien. On peut lire des graphic novel ET Télérama.
Ceci dit Persepolis est une oeuvre de grande qualité. Traitée en noir et blanc avec un trait dépouillé et naïvement réaliste l'intégrale est un énorme pavé de plus de 300 pages, passionnant de bout en bout. Dans cette autobiographie, la révolution islamiste en Iran est vue à travers les yeux d'une petite fille qui grandit dans les premières années du nouveau régime. Cette petite fille rebelle devra quitter l'Iran pour pouvoir s'épanouir, puis y reviendra, avant de repartir définitivement tant la vie en Iran est étouffante.
Chronique de la vie quotidienne dans une dictature, Persepolis est instructif et émouvant. Il nous remet en mémoire des évènements de notre histoire contemporaine trop vite oubliés. Je le recommande.
Grand merci à mon Isabelle qui a eu l'idée de m'offrir ce livre.
Persepolis, Marjane Satrapi

Commentaires

APL a dit…
Yes et le film est magnifique.
Très bonne idée le pilomètre.
Yasmina Reza n'est pas dessus, je ne comprends pas pourquoi.
Bonne rentrée: comme de coutume à G.B. nous ne voyons les élèves que la semaine prochaine.
Gromovar a dit…
Le Yasmina Réza je n'y ai pas pensé. Etrange, non ?
Profitez de vos derniers jours de calme. Moi ça s'est achevé ce matin.