Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

Ananké




Histoire de la vie d'un cadre new-yorkais désabusé qui se jette à corps perdu dans une forme d'auto-destruction, "Le démon" est un livre très fort en ce sens qu'il implique complètement le lecteur. Impossible de ne pas vibrer aux errances de Harry. Et c'est le style cru et direct (la premier paragraphe du roman est de ce point de vue un filtre à lectorat) de Selby qui provoque cet effet. Tendue, restreinte, sous pression, l'histoire progresse d'une manière inéluctable et le style nous y plonge au coeur. Le lecteur vit avec Harry, dans ses pensées, ses motivations, ses faux-semblants. Il vit dans sa quète sans fin où chaque succès n'est qu'un palier vers une suite (fuite ?). Harry évoque immanquablement un accro à l'héroïne qui ne peut s'arréter, et qui ne cesse de se dissimuler, de mentir aux autres et à lui-même avec un certain succès, jusqu'à ce que même le mensonge ne soit plus matériellement possible. Harry se détruit lentement, méthodiquement, avec un succès certain. Quand au récit, il évoque une tragédie grecque dans la manière dont il avance vers son dénouement.
Une lecture très impliquante émotionnellement.
Le démon, Hubert Selby Jr.

Commentaires