Les Divis - Brian Catling

Les Divis est le troisième et dernier tome du cycle de Vorrh . Il paraît en français dans une traduction de Nathalie Mège, toujours chez Outrefleuve. Tome 3 donc review forcément courte car tu sais ou devrais savoir, lecteur, de quoi il retourne lorsqu'on prononce, non sans frémir, le nom oublié et terrifiant de Vorrh. Brian Catling (récemment décédé hélas) y lie les fils de l'intrigue complexe qu'il avait tissés dans les deux volumes précédents. D'Ismael (étonnant, non ?)  à Modesta en passant par le professeur Schumann, Cyrena Lohr, Sidrus, ou l'incroyable Undeswilliams, tous sont là pour de dernières scènes qui, parfois, sont faites de flashbacks. Et n'oublions pas pour ce grand final, même si Dieu semble l'avoir fait, ces Ancêtres qui, après avoir failli, se sont endormis ou éparpillés à la surface de la Terre. N'oublions pas non plus que la Création dont nous faisons partie est menacée (par Dieu lui-même – spécial dédicace à Marguerite Imbert car

Optimates ou populares ?




Passionnante biographie de César. Appuyée sur une quantité impressionnante de références littéraires souvent opposées, elle nous brosse le portrait d'un opportuniste qui sait profiter des occasions et faire des revers des opportunités. Un homme qui rallie le camp du peuple, alors qu'il est un aristocrate, sans avoir besoin, à l'inverse de Claudius devenu Clodius, de se faire adopter par un populaire pour être perçu comme légitime. Un homme qui choisit les alliés opportuns, et s'en sépare au moment opportun. Un homme qui parcourt la totalité du cursus honorum romain et y ajoute même une marche pour lui. Et surtout cette biographie montre à quel point la vie de César a été une vie de conquètes et de combats passée loin de Rome. Sur l'étendue de sa vie César n'aura passé que peu de temps à Rome et, vu de loin, il semble qu'il ne revienne que pour être assassiné. Loin de l'image de monarque palatial que donne parfois les péplums, cet ouvrage resitue le personnage dans sa réalité historique.
César le dictateur démocrate, Luciano Canfora

Commentaires

APL a dit…
"elle nous brosse le portrait d'un opportuniste qui sait profiter des occasions et faire des revers des opportunités. Un homme qui rallie le camp du peuple, alors qu'il est un aristocrate"
La bio de Sarkozy par Giesbert est déjà sortie?
Gromovar a dit…
C'est drôle. J'y pensais en l'écrivant.