Dissipatio H.G. - Guido Morselli

« Il suffit d'un peu de courage.  Plus la douleur est déterminée et précise, plus l'instinct de la vie se débat, et l'idée de suicide tombe.  Quand j'y pensais, cela semblait facile. Et pourtant de pauvres petites femmes l'ont fait. Il faut de l'humilité, non de l'orgueil.  Tout cela me dégoute.  Pas de paroles. Un geste. Je n'écrirai plus. » Ces phrases, les dernières du Métier de vivre de Pavese, sont écrites neuf jours avant son suicide. Cette « idée de suicide », ce désir de mort, le narrateur anonyme de " Dissipation H.G. " les partage. Mais lui recule, n'utilise pas sa « fiancée à l’œil noir », et lorsqu'il sort de la grotte où il pensait mettre fin à ses jours, il réalise qu'il est maintenant seul sur Terre. Que toute l'humanité a disparu. Que ne reste plus que lui dans un monde vide d'hommes. " Dissipatio H.G. " est le journal de son expérience, vécue entre un village de montagne et la ville proche de Zuri

Le Cutty Sark vient de bruler




Ce superbe bateau (ou navire, j'ignore la différence) du 19ème qui est l'une des grandes attractions touristiques de Londres a brulé en cale sèche ce matin. Ca, c'est l'information qui ne se trouve pas dans le "London Companion" car elle date d'aujourd'hui. Dans la prochaine édition peut-être. A part ça, tout y est. Indispensable compagnon des Miscellanées il vous fournira des anecdotes sur la Tour, une liste de grands architectes qui ont façonné la ville, le nom de tous les lieux où est passé Lénine, des informations sur le métro, sur le Grand Incendie, sur la Peste, et j'en oublie. Comme dans les Miscellanées, 150 pages d'informations inutiles mais tellement grisantes à posséder.
Avec cet ouvrage, votre embryon de bibliothèque de toilettes a atteint trois ouvrages (le nombre où le choix de lecture n'est plus binaire). Nous allons donc pour l'instant passer à d'autres domaines.
Spécial dédicace à mon ami Jean Tibéri qui me l'a rapporté de Londres.
The London companion, collectif

Commentaires