mardi 23 janvier 2018

Au-delà du gouffre - Peter Watts - Retour de Bifrost 85


Le Canadien Peter Watts est l'un des pontes actuels de la Hard-SF. Peu prolixe – quelques romans et une grosse vingtaine de nouvelles –, il crée une des SF les plus exigeantes et imaginatives de ces dernières années et fait partie du club des futurs classiques, en compagnie de gens comme Liu, Chiang, ou Egan. "Au-delà du gouffre" est le premier recueil de ses nouvelles publié en français, coédité par Le Bélial et Quarante-Deux. Il compte 16 nouvelles – 12 inédites en VF, deux primés (Hugo et Shirley Jackson) – et deux articles plus une bibliographie.

Au fil de textes qui racontent le The Thing de Carpenter du point de vue de la créature, plongent jusqu'au bout de l'espace et du temps à la rencontre de vies inimaginables, réécrivent l'histoire d'un monde romanisé et fanatique, ou tordent ce que nous définissons comme humain jusqu'à l'incongruité, Watts développe un monde radicalement différent qui baigne pourtant dans une vraie ambiance de plausibilité.

Matérialiste convaincu, Watts donne à ses lecteurs la vision sans équivoque d'un univers moniste. Dieu n'existe pas, la foi est une erreur intellectuelle, au mieux le résultat d'une stimulation cérébrale externe.
Dieu évacué, reste à traiter de l'humain. Si l'animal humain existe, celui-ci ne porte rien en lui qui ne soit matériel et quantifiable. La conscience est une illusion. Actes et pensées ne sont que des réponses à des stimuli. Ce qui se donne à voir comme ce qui (croit) se pense(r) ne dépend que des stimuli reçus et de la forme du câblage neural qui les traite : inputs → algorithmes de traitement → pensées/actes. Rien de plus. Le néocortex se leurre s'il croit être aux commandes, le gros du traitement vient des systèmes limbiques, ensemble de sous-routines qui traitent l'information et forment un réseau qui croit être une unité consciente. Au spectacle de cet homme-machine, on pense autant à Descartes qu'au plus confidentiel de La Mettrie.
Bardé de ces convictions fortes qui rappellent – dans un genre très différent – Lovecraft, Watts entraîne le lecteur à sa suite, des coulisses de Vision Aveugle et d'Echopraxie à celles de Starfish, en passant par quantité d'univers indépendants tous sous-tendus par les mêmes certitudes.

Numérisation ou fusion des « individus », modifications génétiques ou bioniques, transformations volontaires (ou pas) des états de conscience. Si tout n'est que viande (le mot qu'il emploie), tout est modifiable pourvu qu'on ait la technologie adéquate. Toutes les expériences sont possibles, tous les échecs aussi. Le seul message ici est que la vie existe et se perpétue, souvent au prix de la violence physique, assistée par la technologie quand elle est disponible. La vie n'a rien à dire à un univers qui lui est indifférent. Les humains veulent survivre et se perpétuer, les aliens aussi, les animaux ne sont pas moralement supérieur – Watts est l'homme qui affirma en interview « Animals are assholes ».

Pour exprimer son point, Watts manie le champ lexical scientifique avec une virtuosité qui donne l'impression qu'il ne ferait que décrire un monde qu'il voit. Tout est clair, tout se tient, le matter-of-factness de son style donne à ses textes la force de l'évidence.

Au-delà du gouffre est donc un recueil moderne, brillant, engagé au bon sens du terme. Et l'ensemble, s'il est dur, n'est jamais glauque ; l'auteur se définit comme un optimiste en colère, pas comme un pessimiste.

Au-delà du gouffre, Peter Watts

2 commentaires:

Alterran a dit…

Merci pour cette mise en bouche! Je l'ai depuis quelques mois sur ma liste, je pense le lire très prochainement

Gromovar a dit…

Tu peux y aller en confiance. Le plat surpasse la mise en bouche.