Once Upon a Time at the End of the World t 2 - Aaron - Tefenkgi

J'avais vraiment - et un peu étonnamment - aimé le tome 1 de Once Upon a Time at the End of the World . Ce tome 2, intitulé The Rise and Fall of Golgonooza , commence comme un mix incestueux entre Portlandia et Disneyland avant de virer à l'horreur peu expliquée si ce n'est par la nécessité de faire avancer le récit. Plus précisément on voit dans cette deuxième partie que l'amour ne dure pas toujours, que la beauté est dans les yeux de celui qui regarde, et blablabla. Pour les lecteurs échaudés qui ont envie de lire sur l'amour triste, je conseille de s'épargner cet album et de se contenter de lire les deux pépites de sagesse ci-dessous, plus rapides et bien plus utiles : "Our love will last forever, until the day it dies" Virgin Prunes Et, "I chose an eternity of this Like falling angels The world disappeared Laughing into the fire Is it always like this? Flesh and blood and the first kiss The first colors, the first kiss We writhed under a red

L'Abomination de Dunwich - Tanabe d'après Lovecraft


Sortie de la première partie de l’adaptation de L’Abomination de Dunwich par Gou Tanabe. L’aventure continue, pour le plus grand plaisir des lecteurs de Lovecraft et des autres, quand l’auteur de manga s’attaque à l’un des textes emblématiques du Mythe de Cthulhu.


Vallée de la Miskatonic supérieure, au cœur du Massachussets. Un lieu reculé, comme abandonné par les hommes et la civilisation. Dans ce cloaque de dégénérescence, près du hameau de Dunwich, survivent quelques familles – dont les Watheley, de tous ceux qui ont le plus chu dans l’échelle de la prestance et du prestige social. Le vieux Watheley, qu’on dit sorcier même dans cette vallée qui se caractérise par de vieilles légendes indiennes et la présence de très anciens cercles de pierre, a une fille, Lavinia, une albinos guère futée que ceux qui la connaissent qualifient de bien vilaine. Et voilà que Lavinia aurait accouché d’un fils ; elle qui n’est pas mariée et à qui on n’a jamais connu d’amoureux. Et que ce fils se met à grandir bien plus vite qu’un enfant ordinaire.


Dans cette version manga d’un classique d’HPL, Tanabe parvient à rendre le caractère isolé, différent, dégénérescent de la vallée dans laquelle naît et grandit Wilbur Watheley, le fils prodige de Lavinia (et de ?).

Alternant pleines pages et cases plus petites, l’auteur montre au lecteur une nature restée parfaitement sauvage, mis à part une piètre route et quelques maisons qui tiennent plus de la baraque que de la demeure.

La maison des Watheley est la pire de toutes, décrépite, en partie condamnée, en vue du cercle de pierre de Sentinel Hill, elle maintient dans son ombre quelques vaches qui portent de sinistres marques de lacération. Y vivent, dans un grand dénuement matériel et au milieu d’une odeur méphitique, le vieux Whateley, Lavinia, Wilbur – qui malgré ses dix ans a presque l’air d’un adulte –, et ?

Qui produit les bruits et les vibrations qui viennent de l’étage ? Qu’est ce qui principalement, dans cette ambiance délétère, perturbe le professeur Armitage au point de lui faire écourter avec hâte une visite qu’il rendait à Wilbur, son correspondant épistolaire qu’il croyait d’âge adulte ?

Et autour, partout, il y a aussi les cercles de pierre, les grondements d’origine inconnue, les engoulevents de plus en plus nombreux, une nature qu’on dirait primale et intouchée par les hommes. Où peut donc s’épanouir ce qui les précéda et leur succédera peut-être.


Tanabe montre tout cela avec grand talent, commençant par de nombreuses pages muettes qui placent le lecteur dans un monde qui n’a que peu à voir avec la parole humaine. C’est par les grondements que les puissances du lieu s’expriment. C’est auprès des cercles de pierre qu’on peut leur répondre.

Le contraste est saisissant avec les locaux policés de l’université de Miskatonic d’où vient le professeur Armitage, l’homme qui, dans la deuxième partie, aura à rendre compte de l’affaire et de ses développements. Patience, lecteur, Tanabe a placé ici le début de l’histoire et les nécessaires flashbacks vers les années qui l’ont précédé, il t’offrira ensuite, dans quelques mois, sa terrifiante conclusion.


Très beau travail de mise en image, L’Abomination de Dunwich n’a qu’un seul défaut (déjà remarqué dans les autres œuvres de Tanabe), les mouvements (importants ici) y sont peu perceptibles. Mais qu’importe, le tout est très beau et clairement aussi étrange et dérangeant à l’œil que l’est la nouvelle originale.


L’Abomination de Dunwich t1, Gou Tanabe d’après Lovecraft

Commentaires