Gromovar, coach lecture de l'été

L’été approche (je sais, ce n’est pas évident à l’œil nu) . Que lire cet été quand tu auras un peu plus de temps que d’habitude, lecteur ? Tu as plus de temps, c’est le moment alors de lire ce  Guerre et Paix que tu gardes toujours pour quand tu seras moins pris. Dans le cas improbable où tu aurais déjà lu Guerre et Paix , je peux te donner quelques conseils de secours, quelques lectures d’urgence pour tenir le temps d’aller à la bibliothèque chercher l’ Ulysse de James Joyce. First things first , si tu n’as que peu de temps et veux lire une bien belle histoire SF, une de celles avec lesquelles, normalement, on entre en SF comme en religion pour ne plus jamais en sortir, je te conseille La Marche funèbre des marionnettes d’Adam-Troy Castro. Tu as peut-être un peu plus de temps. Penche-toi alors sur Délivrez-nous du bien , un révoltant thriller de Joan Samson qui enflammera ton sens de l’injustice. Assez court encore mais plus propice à assombrir un été qui s’annonce radieux entre tr

La cité du rire - Sequoia Nagamatsu in Bifrost 111


Dans le Bifrost 111, on trouve un édito dans lequel Olivier Girard constate, comme tous les lecteurs anglo, à quel point l'Imaginaire US est en ce moment médiocre - trop d'eau tiède peut-être. Suivent les rubriques habituelles : nouvelles, cahier critique, interview, biographie, analyses, bibliographie exhaustive, scientifiction et jurifiction. On notera que le très complet dossier Gene Wolfe contient une excellente analyse d'Ada Palmer herself sur Le Livre du nouveau soleil.


Dans le Bifrost 111, il y a aussi une très jolie nouvelle de Sequoia Nagamatsu intitulée La Cité du rire.

Futur proche. Une nouvelle épidémie virale parcourt le monde et, contrairement au Covid 19, elle n'affecte que les enfants, chez qui elle provoque une mutation progressive des organes avec pour seule issue une mort plus ou moins rapide et plus ou moins douloureuse. Débordé, impuissant à réagir face à l'effroi et aux images de l'effroi (trop de morts, trop vite, et une recherche qui n'avance pas assez vite), l'Etat a créé un centre d'euthanasie humanisé (est-ce seulement possible ?) dans une ancienne prison repimpée en parc d'attractions. Journée au parc avec les parents, plaisir, joie, amusement, adieux dont une seule partie sait que c'en est, puis un tour final sur un grand huit justement nommé Le Chariot d'Osiris dont l'enfant sera extrait à la fin du tour, apaisé, enfin.

La cité du rire est à la fois l'histoire de l'épidémie vue du ras du sol pile au coeur des deuils, et celle du clown Skip qui accompagne les enfants lors de leur dernière journée. C'est aussi celle de Fitch, un enfant malade, et de Dorrie, sa mère, qui passent plusieurs mois dans le parc car Fitch participe à un essai thérapeutique. De la relation qui nait entre ces trois, faite de douceur, d'un peu d'espoir, et de beaucoup d'ineluctabilité. De l'acceptation dans laquelle ils glissent doucement et sans à-coups comme dans une couette que l'empathie et la pudeur ont rendue confortable.

C'est aussi l'histoire d'un monde tellement tourneboulé par l'arrivée d'un impensable qu'il adopte des solutions qu'on pourrait qualifier de situationnistes. Sûrement pour bien faire, et peut-être faisant bien.

C'est la confrontation de ces réalités qui fait la grande qualité de ce texte. D'un côté l'incongruité agressive d'un monde dans lequel les enfants meurent en masse sans solution, engendrant des réactions désordonnés à la limite de l'hystérie logique et du ridicule de la part d'Etats qui ne veulent pas ne rien faire (jusqu'à l'absurde) même s'il n'y a pas grand chose qu'ils puissent faire, de l'autre, le calme et la douceur que développent Skip, Dorrie, et Fitch qui forment un contrepoint à l'horreur de l'épidémie, à la frénésie de la recherche de solutions, à la folie douce d'une prison/parc d'attraction/centre d'euthanasie. Comme un ilot de paix au milieu du Pandemonium.

Parfait aigre/doux pour ce texte qui est (en avant-première) l'une des nouvelles qui formeront le fix-up How High we go in the Dark qui sortira au Seuil avant la fin de l'année. Yummy !

Commentaires