Coming of the Light - Chen Qiufan

Dans le Clarkesworld 102 de mars 2015 , on peut lire Coming of the Light , de Chen Qiufan. Plutôt amusante, clairement étonnante, vive et dynamique, Coming of the Light  se permet le luxe - et c'est un trope récurrent de la pensée de Chen - de lier les deux faces de la pièce chinoise contemporaine (scientifique et religieuse) de façon explicite dans un texte qui lorgne aussi du côté de la théorie de la simulation. Dirai-je que ce texte est bien troussé ? Sans la moindre hésitation. Qu'il serait avec profit publié par une revue dont l'éditeur serait proche de Ken Liu, son traducteur ? Aussi. Coming of the Light, Chen Qiufan

La Citadelle de la peur - Gertrude Barrows Bennett - Retour de Bifrost 104


La Citadelle de la peur est un roman à l'histoire originale. Publié à l'origine en feuilleton dans la revue pulp The Argosy entre le 14 septembre et le 26 octobre 1918, le texte ne connaîtra d'édition définitive sous une couverture unique qu'en 1942. Autre particularité plus notable, il est l’œuvre de Gertrude Barrows Bennett, une sténographe qui commença à écrire des nouvelles à l'age de 17 ans – son premier texte, « The Curious Experience of Thomas Dunbar », fut accepté par Argosy et publié en 1904. Beaucoup d'autres suivront, dont The Citadel of Fear traduit ici pour la première fois en français et souvent considéré comme son meilleur roman. On notera que Bennett, après avoir publié sous son nom au début de sa carrière, publia la plus grande part de ses textes, à sa demande, sous pseudo, Francis Stevens en l'occurrence. Sous un nom ou l'autre, Bennett, première américaine à trouver un large public pour ses textes de fantasy et de SF, est, dit-on, « la femme qui inventa la dark fantasy ».


La Citadelle de la peur est un récit en deux parties consécutives. D'abord, le désert du Mexique, parcouru par deux aventuriers en quête de fortune, Colin O'Hara et Archer Kennedy. Les deux hommes y tombent par hasard sur une plantation non répertoriée occupée par d'étranges habitants. De fil en aiguille, ils se trouvent emprisonnés dans la cité cachée de Tlapallan, lieu de terreur et de beauté dans laquelle « vivent » les dieux anciens, gardés et adorés par d'antiques guildes concurrentes entre elles. De combats en péripéties, O'Hara parviendra à fuir alors que Kennedy connaîtra un destin funeste. Seconde partie, quinze ans plus tard, en Nouvelle-Angleterre. O'Hara, qui a largement enfoui cette histoire au fond de sa mémoire, est rattrapé par elle quand Cliona, sa sœur chérie, est attaquée et traumatisée par une créature qui prend la fuite après que la jeune femme lui ait vidé un chargeur dessus. Devant l'incrédulité de la police, O'Hara prend l'affaire en main et découvre, non loin, une maison coloniale qui abrite d’innommables horreurs. Propriétaire inquiétant, répugnantes créatures, et aussi une femme d’une beauté à couper le souffle dont O'Hara tombe instantanément amoureux. Sauver la femme, sauver sa sœur, il faudra à O'Hara et ses quelques alliés beaucoup de courage et de force pour vaincre une terreur venue d'Amérique du Sud.


Ecrit en 1918, La Citadelle de la peur rappelle les textes de R. E. Howard pour ses hommes. Même héros volcanique issu du Nord de l'Europe, même virilisme amusant par son excès, même mépris de O'Hara pour « l'intellectuel » Kennedy jugé tortueux et peu courageux, même certitude qu'on peut et doit à résoudre les problèmes par la force. Elle rappelle Merritt pour ses femmes, des êtres fragiles à aimer et à protéger – sur ce point, Cliona détrompera son frère.

Du point de vue de l'archéologie littéraire, lire ce roman est intéressant ; beaucoup de l'habitus de l'époque y transparaît, et, entre Howard et Merritt, Bennett participe à un genre naissant. Néanmoins, les personnages trop monolithiques, la narration trop linéaire, la simplicité de l'intrigue, les sentiments trop naïvement exprimés et la candeur parfois confondante de O'Hara font qu'on est bien en-dessous de ce qui s'écrira par la suite.


La Citadelle de la peur, Gertrude Barrows Bennett aka Francis Stevens

Commentaires