La Marche funèbre des marionnettes - Adam-Troy Castro

Dans le troisième tome des aventures d’Andrea Cort, intitulé La Guerre des marionnettes , on découvrait, ébahi, le Ballet des Vhlans. On assistait à cet événement annuel, entre rite et art, au cours duquel des dizaines de milliers des sentients mais cryptiques Vhlans dansaient une danse extraordinairement complexe à l’aide de leurs corps munis de dix fouets surpuissants, une danse qui, effet des coups de fouets mutuellement portés ou explosions cardiaques de fatigue, se terminait par leur mort en masse sous les regards stupéfiés des délégations étrangères. Sans explication. Sans rime ni raison pour toute autre espèce qu’eux-mêmes. On y apprenait aussi que, des années auparavant, une humaine nommée Isadora (Duncan ?) , au corps modifié dans ce bût, avait dansé avec les Vhlans. Elle était devenue légendaire dans tous l’espace sentient. Adam-Troy Castro raconte aujourd’hui son histoire dans une novella intitulée La Marche funèbre des marionnettes publiée dans la collection UHL au Bélial

Golden State - Ben H. Winters - Retour de Bifrost 103


Futur indéterminé. Californie – ou, selon sa nouvelle dénomination Golden State. Un événement cataclysmique s'est produit dans un passé indéterminé à l'issue duquel la Californie est devenue le Golden State avant de se couper du reste du monde. Le paradis sur Terre qu'est le Golden State est un Etat fondé sur le culte de la vérité. Aucun mensonge n'est toléré, la réalité s'appuie sans cesse sur un ensemble de vérités incontestables.

Celles que les citoyens énoncent entre eux dès qu'il s'agit d'initier une conversation (« Dix est la moitié de vingt ; mais c'est aussi deux fois cinq ; ainsi en a-t-il toujours été ; qu'il en soit toujours ainsi », par exemple).

Celles que filment toujours et partout les innombrables « captures » – caméras de surveillance qui archivent tout ce qu'elles enregistrent dans le Registre central.

Celles que chaque citoyen écrit sur son Carnet de jour à fin de stockage futur dans le dit Registre. 

Celles enfin qui sont filmées par les sténopés que portent sur eux les agents du Service Spéculatif, garants et gardiens de la vérité choisis en raison de leur capacité à sentir le mensonge comme des chiens un os.

Laszlo Ratesic est l'un de ces Spéculateurs. Solitaire et taciturne, il se retrouve affublé à son corps défendant d'une stagiaire, Aysa Paige, qui se révèle bien plus douée que lui dans l'intuition et la détection du mensonge.


Et voilà que sur une affaire banale, la chute accidentelle d'un couvreur du toit sur lequel il se trouvait, Laszlo et Aysa mettent à jour une anomalie imprévue – une altération de la vérité qui se révèle de fil en aiguille bien plus grave qu'il n'y paraissait au départ. Commence alors pour les deux Spéculateurs une enquête risquée qui met en cause les fondements même du Golden State, car ils vont s'y trouver confrontés à des faits que les autorités décrètent « inconnus et inconnaissables » et découvrir que, dans l'ombre, des citoyens œuvrent à miner les fondations de l'Etat de la vérité vraie.


"Golden State" est un thriller aussi intrigant que trépidant, non dénué d'humour dans sa description d'une société obsédée par la vérité intrinsèque de toute chose (d'ailleurs, l'humour y est autorisé car chacun comprend bien que la non vérité énoncée l'est à stricte fin comique). On y parcourt un monde où les romans de fiction sont blasphématoires, où les chaînes de télé proposent uniquement des flux de captures – autrement dit des faits vrais –, et où, hormis les romans documentaires, ne sont autorisés que quelques livres communs qui servent à consolider la réalité partagée : Index géographique, Almanach, Dictionnaires, etc.

On y suit l'improbable couple Laszlo/Aysa au fil de son enquête et, magie des flashbacks, au cœur des éléments significatifs de leurs passés respectifs. On y visite aussi un Etat qui – à l'opposé de l'Oceania de 1984 – sacralise la vérité, l'enregistre sans cesse jusque dans ses moindres détails, et punit bien plus sévèrement un menteur qu'un voleur. On y découvre, avec les deux enquêteurs, qu'il n'existe in fine pas plus de vérité indiscutable et univoque qu'il n'y a de soi intime que nous pourrions être – si on en croit les magazines – par-delà les masques que nous arborons chaque jour et qui forment les facettes de nos identités sociales.


Si les deux premiers tiers sont très agréables à lire, le troisième tiers paraît plus confus, plus rapide aussi, moins travaillé, un peu décevant. Dommage. Et puis, on se demande aussi ce qu'a voulu signifier Ben H. Winters. Son pamphlet anti post-vérité – mais en est-ce un ? – a des airs très nets de dystopie. Alors y a-t-il égalité entre deux maux ? On a peine à croire que ce soit l'opinion de quelqu'un de sensé.


Golden State, Ben H. Winters

Commentaires