Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

RÉVEILLON DISTANCIÉ


SENSIBLE A LA SITUATION SANITAIRE DÉPLORABLE, J'AI DÉCIDÉ DE M'ISOLER POUR UN RÉVEILLON LOIN DE TOUTES ET TOUS.

EN EFFET, N'AYANT PAS DE CUISINE DANS LAQUELLE PARQUER PAPI ET MAMIE AU MOMENT DE LA BUCHE, J'AI DU ME RÉSOUDRE A LES FUIR.

ME VOICI DONC DANS CE COSY COTTAGE SIBÉRIEN FAIT DE PLANCHES D'ARBRES MORTS OÙ JE NE DOUTE PAS QUE LA FÊTE SERA ENCORE PLUS BELLE.

J'ESPÈRE QUE VOUS AVEZ FAIT DE MÊME.
ET QU'AINSI NOUS PASSONS TOUS DE MERVEILLEUSES FÊTES DE NOËL EN RESPECTANT LES GESTES BARRIÈRES (QUI, ICI, SONT DE FAIT DES GESTES FRONTIÈRES).

Commentaires

chéradénine a dit…
Bonnes fêtes ! Merci de continuer ce blog en variant les lectures !

J'aurais souhaité m'isoler de ma grand-mère, hélas parfois c'est impossible. Alzheimer est le pire des convives.
Gromovar a dit…
Bonnes fêtes à toi aussi.
Merci de toujours passer régulièrement.
Et désolé pour ta grand-mère.
Torospatillo a dit…
Bonnes fêtes également, merci de nous tenir régulièrement compagnie !
Gromovar a dit…
Le plaisir est pour moi :)