jeudi 18 juin 2020

The Bosch - Neal Asher


"The Bosch" est une courte novella de Neal Asher. Il dit l'avoir écrite après avoir eu des cauchemars dépeignant un monde biotech dans un futur lointain et avoir, ensuite, feuilleté un livre d'art sur Jérome Bosch.

Loin, très loin dans l'avenir. Après même le temps du Polity.
La novella s'ouvre sur Yoon, une femme dont on comprend en quelques mots qu'elle n'est pas notre humaine de base. Yoon est présentée contemplative, en paix, sur la plage solitaire d'un monde à deux lunes. Quatre pages et ce moment d'harmonie est fracassé par l’irruption de cinq intrus, dont quatre l'agressent et la violent sous les ordres du cinquième puis s'enfuient.
De nouveau seule, blessée dans sa chair et son esprit, Yoon se soigne, si vite qu'on peut parler de régénération volontaire. Ceci fait, la femme, à l'aide de sang et de phéromones, « convoque » un requin primordial dont elle extrait quatre œufs de gonades qui, au contact du sperme de ses quatre violeurs dans ses quatre utérus, donneront très vite naissance à quatre créatures monstrueuses, les outils de sa vengeance, des monstres tels qu'en peignait Bosch. Yoon part alors avec eux – et un villageois pas vraiment volontaire – pour la ville humaine dans laquelle se terrent sûrement ses agresseurs.

"The Bosch" met en scène une femme âgée de milliers d'années. Une femme qui a modifié son corps, par biotechnologie, jusqu'à en faire une arme de guerre quasi indestructible et un instrument de domination qui use et abuse de phéromones pour obtenir la soumission énamourée de ses « enfants ».
Et quand je parle d'enfants, ici, ce n'est pas aux Bosch que je pense. De fait, tous les habitants de la planète, sauf les nouveaux arrivants extra-planétaires, sont peu ou prou des descendants de sa lignée ou de lignées proches. Elle est la déesse qui a créé ce monde, l'a façonné, en a défini les biotopes et arrêté les fondements réglementaires et légaux. Et conséquemment, tous la vénèrent – en dépit de ses séculaires absences –, et tous la craignent car son pouvoir est absolu, tant sur la sphère biologique de la planète que sur ses institutions politiques et sociales.
Pour rétribuer sa douleur et réaffirmer sa primauté, Yoon va se venger, en entraînant avec elle le lecteur dans une ville de cauchemar qui rappelle les tableaux de Bosch, et avec l'aide de quatre monstres – ses enfants putatifs – qui en sont directement issus. Jusqu'à une fin un peu plus compliquée que prévue dans laquelle on comprendra que même une déesse en son monde ne peut se désintéresser de ce qui se passe dans le vaste univers.

"The Bosch", c'est un peu la malédiction du texte écrit par le gars qui n'a pas de mal à se faire publier. Car, de fait, qu'y a-t-il dans ce texte ? Objectivement pas grand chose. Un joli background, baroque et décadent, c'est sûr. Une mise en action des monstruosités du peintre hollandais, aussi, avec le médecin de la peste, le poisson vache, le chat singe, et l'oiseau (celui, célèbre, qui avale un homme). Une ville baroque pleine d'étrangeté, c'est clair.
Mais à part ça ? Une histoire linéaire comme rarement. Une utilisation des phéromones pour dominer dont on comprend vite que c'est aussi puissant qu'un super-pouvoir et n'amènera donc aucune surprise dramatique. Une volonté de faire dans le cryptique et taiseux qui nuit parfois à la compréhension. Un point unique, retrouver et tuer les violeurs, en allant les chercher pour les buter jusqu'au dernier, qui rappelle le Justicier dans la ville. Une débauche de surpuissance qui fait de cette vengeance une forme de promenade de santé dont tout enjeu disparaît vite. Jusqu'à un twist qui, honnêtement, ne casse pas trois pattes à un canard.
La dernière page lue, on se dit « Tout ça pour ça ! ». Et si le monde est intéressant, cette historiette ne l'est clairement pas.

The Bosch, Neal Asher

2 commentaires:

Anonyme a dit…

On imagine le pitch : un rape and revenge cosmique avec un peu d'anthropocène dedans...

Gromovar a dit…

Rape and revenge avec du post-anthropocène ;)