dimanche 18 novembre 2018

X-Men Grand Design Second Genesis - Ed Piskor


A la suite des 100 pages de "Second Genesis", le second tome de la dilogie X-Men Grand Design, est reproduit le mythique Giant Size X-Men #1, l'album qui ressuscitait les X-Men après 5 ans d'interruption éditoriale. On y voyait Charles Xavier recruter une nouvelle équipe, plus mature et internationale que la précédente, dans le but d'aller sauver les X-Men originaux, prisonniers de l’île mutante de Krakoa, sous la direction du seul rescapé du désastre, Scott – Cyclope – Summers.

Cet album, qui inaugurait l'ère moderne des X-Men, fait 36 pages. L'histoire qu'il raconte ouvre "Second Genesis" ; elle y est résumée en 2 pages et demi. Tout le projet Grand Design est exprimé dans ce ratio.

Ce second TPB poursuit l'approche originale de l'auteur qui consiste à faire comme si tous les développements avaient été planifiés depuis le début, ce qui lui permet de lier les arcs narratifs successifs et d'écrire des backstages qui n'ont jamais existé dans la version initiale. Il donne ainsi un sens nouveau aux rebondissements que les lecteurs ont découverts au fil des années et crée une cohérence d'ensemble qui est la force de ce récit, au-delà même de l'effet madeleine de Proust d'une relecture en Fast Forward de toute la saga X-Men.

Ici, nous verrons les X-Men, passées les premières années insouciantes décrites dans le tome 1, devenir tragiques et muter dans la douleur. Nous verrons mourir Thunderbird. Nous serons aux premières loges des manigances du Hellfire Club et de l'ignoble autant que fake Jason Wyngarde. Nous découvrirons Emma Frost. Nous retrouverons Black Tom et le Fléau, les Sentinelles de Steven Lang, le sacrifice de Jean Grey et la saga tragique du Phoenix (Piskor reproduit même la planche légendaire du dernier Noël heureux des X-Men avant l'attaque des Sentinelles). Après la dévastation émotionnelle (qui n'a d'égale que celle causée par la mort de Gwen Stacy), nous verrons les X-Men – Xavier en tête – lutter contre le traumatisme, puis Scott Summers chercher un bonheur inquiet auprès de Madelyne Pryor. Nous verrons apparaître la menace des Shi'ars, difficilement surmontée, puis le développement des relations amoureuses entre Xavier et l'impératrice Lilandra.

Jamais de calme pour les héros, voici qu'arrive l'attaque du Brood sur l'équipe, qui provoque la « mort » de Xavier et les retrouvailles de Scott Summers avec un père perdu depuis l'enfance. Alors que Xavier recrute encore une fois de nouveaux mutants (plus jeunes cette fois), Magneto et quelques autres mauvais mutants reviennent au premier plan et enclenchent une série d'événements qui conduiront à terme à l'arc House of M (non traité ici) et à la perte de tous les pouvoirs mutants.

En parallèle, et au fil de l'eau, les X-Men recrutent de nouveaux membres (Sprite, Rogue, une Dazzler qui ne reste pas), Wolverine manque épouser Mariko. Caliban veut aussi se marier, Ilyana – la soeur de Colossus – devient à son corps défendant la super-héroïne Magik, la nouvelle Captain Marvel (Carol Danvers) devient très proche de l'équipe. Last but not least, Forge fait une première apparition dans une série d'événements impliquant gouvernement US et SHIELD qui – à terme – conduiront à la Civil War ; et qui, pour le TPB dont nous parlons, se conclut sur la dramatique perte de ses pouvoirs par Ororo ; la déesse des tempêtes est clouée au sol et plonge dans la dépression.

"Grand Design" est aussi finement pensé que parfaitement réalisé (par un Ed Piskor comme possédé par l'essence des X-Men et qui, rappelons-le, a tout fait seul). Il est un must-have sans ambiguïté pour tout vieux fan conséquent des X-Men et pour tout fan plus récent qui souhaite une récapitulation rapide de tous les moments manqués.

X-Men Grand Design t2 Second Genesis, Ed Piskor

Aucun commentaire: