mercredi 21 novembre 2018

Signal d'alerte - Neil Gaiman - Alarm !!!


"Signal d'alerte", maintenant disponible en français grâce au Diable Vauvert et à Patrick 'GoT' Marcel, est un recueil de nouvelles, poésies, fragments de Neil Gaiman, publié en VO en 2015.

Sous une couverture sobre et élégante, on trouvera une longue préface de l'auteur dans laquelle il dit notamment son amour pour la forme courte avant de décrire le contexte d'écriture pour chacun des textes qui composent le recueil. Intéressant d'apprendre comment naissent les textes, à partir de quelle inspiration, de quel projet, de quelle contrainte ; leur lecture s'en trouve significativement enrichie.

Comme toujours dans ce genre d'ouvrage, tout ne plaît pas au lecteur, et, concernant des textes qui n'ont souvent que peu de pages pour convaincre, la réussite de ce qui n'est qu'une brève rencontre dépend largement de la concordance intime entre les goûts et intérêts du lecteur, le thème développé par l'auteur, et le talent qu'il y met.

Je ne parlerai donc ici que des textes qui m'ont touchés. Les autres plairont sans doute à d'autres.

Un labyrinthe lunaire est une bien belle nouvelle nocturne autant qu'étrange qui rend un hommage explicite à Gene Wolfe.

Le problème avec Cassandra est un texte résolument weird qui ne donne aucune solution évidente à la question de la relation entre la créature et son créateur.

Au fond de la mer sans soleil est une réécriture aussi courte que déchirante d'une comptine bien connue.

La vérité est une caverne dans les Montagnes noires est un beau (assez long) récit d'aventure et de vengeance à la conclusion glaçante.

Ma dernière logeuse est une courte histoire d'horreur à Brighton (dans un B and B du front de mer, les habitué sauront de quoi il s'agit) sympathique mais trop prévisible.

Orange est un récit fantastique/SF dans lequel une famille subit un premier contact déplaisant. Il est intéressant car rédigé comme une succession de réponses à un questionnaire.

L'affaire de la mort et du miel est un pastiche holmesien très émouvant par ce qu'il dit de la vieillesse, et du regret de la mort quand continuité et transmission sont impossibles.

Clic-clac, le sac qui claque est une courte nouvelle d'horreur domestique sympa mais prévisible.

J'ai un petit faible coupable, bien sûr, pour le pastiche vancien Une invocation d'incuriosité même si j'en ai lu de plus excitants.

Et pleurer, à l'instar d'Alexandre est une très courte nouvelle aussi folle que brillante, qu'on trouvait déjà dans le recueil Utopiales 2012.

Nulle heure pile, nouvelle avec Tardis, si on aime Docteur Who.

Le retour du mince duc blanc est un hommage superbe à David 'Station to Station' Bowie. On y ressent des émotions qui appellent à l'esprit des images de Contes des Mille et une nuits, de Sandman, de Moorcock (champion éternel et quête de Tanelorn compris).

La dormeuse et le rouet est une amusante histoire de fantasy dans laquelle une Blanche Neige couronnée, armurée, et flanquée de trois nains combattants se rend au château de la Belle au Bois dormant pour la sauver du sort de sommeil qui l'affecte. Elle se conclut de façon doublement surprenante.

Le dogue noir, enfin, fut déjà longuement chroniqué sur ce blog. Je vous y renvoie.

En conclusion, un recueil largement estimable qui est à Neil Gaiman ce qu'un menu dégustation serait à la gastronomie.

Signal d'alerte, Neil Gaiman

2 commentaires:

Baroona a dit…

Ça fait quoi à peu près, deux tiers de positif ? Si oui, c'est en effet satisfaisant. ^^

Gromovar a dit…

2 gros tiers, c'est ça :)