The Witling - Vernor Vinge - Les Traquenards de Giri

" The Witling " (Les Traquenards de Giri en VO ?!?) est le premier vrai roman du grand Vernor Vinge, publié en 1976. Giri, une planète sur laquelle vivent les Azhiri, un peuple humanoïde stocky aux puissants pouvoirs télépathiques. Les Azhiri communs peuvent « sentir » les structures ou les êtres, téléporter leur corps ou de la matière sur de grandes distances, tuer même en tordant l'usage de la téléportation. De ce fait, leur technologie est assez primitive, guère mieux que médiévale, tant leurs pouvoirs, de téléportation notamment, rendent inutiles de grands efforts de recherche dans le domaine des transports ou de l'armement. Pourquoi fabriquer des armes quand on tue par la pensée ? Pourquoi tracer des routes quand des lacs de transit suffisent ? Dans le même ordre d'idées, il n'y a en général pas de portes aux maisons – on se téléporte de pièce en pièce –, et le palais du Roi de l'été s'étend sur deux hémisphères quand celui du Roi de l'hiver

Unholy Grail - Bunn - Colak - Santaolalla


"Unholy Grail" vient de sortir en français. Ce comic propose au lecteur une réécriture de la légende arthurienne par Cullen 'Sixth Gun' Bunn.
L'auteur de Sixth Gun livre, ici encore, une œuvre pleine de malfaisance, de magie noire, de fureur, de morts violentes. Mais si, dans Sixth Gun, on ne savait pas vers quelle fin se dirigeait l'histoire, ici on sait, dès la première page, que la légende d'Arthur est une tragédie.

Uther Pendragon se meurt. Si le roi est mort, vive le roi, mais qui sera ce roi ? Arthur, le fils caché d'Uther, ou l'un des grands barons ?
C'est là, juste à coté du lit de mort du roi, que Merlin entre en jeu. Ou ce que tous croient être Merlin mais qui est, en réalité, un démon, surgi des enfers, qui a tué le mage et prit possession de son corps (pas un spoiler, l'info est donnée vers la page 2). Le parasite veut maintenant se distraire, user et abuser de sa position de pouvoir pour semer le chaos et la destruction. Et pour commencer, mettre sur le trône Arthur, dès que son éducation sera terminée. Le reste suivra.

Reprenant en l'amplifiant l'hypothèse démoniaque de Robert de Boron, Bunn fait de Merlin un conseiller malfaisant qui ne cesse de semer trouble et zizanie, et livre donc, avec "Unholy Grail", une revisitation de la légende arthurienne qui n'évite aucune des stations du calvaire tout en les éclairant d'une lumière bien sinistre.

De l'élimination des prétendants à la la révolte de Méléagant, de l'infidélité de Guenièvre à la rivalité qui sépare Arthur de son meilleur chevalier, de l'altérité absolue de La Dame du Lac à l'intervention de la surnaturelle Morgane, de la quête du Graal au dépérissement du royaume, du destin de Mordred au « départ » d'Arthur, le récit que nous connaissons tous avec plus ou moins précisément, réécrit par Bunn, prend ici un tout autre aspect. Si terre et roi sont uns, la défaillance de l'un entraîne la ruine de l'autre, c'est le point de la légende ; mais ici, la tragédie humaine, qui devait tout aux faiblesses humaines, est la conséquence des manigances constantes d'un esprit malfaisant. Cela rend l'histoire plus tragique car on ne peut éviter de penser que, sans la mauvaise rencontre faite par Merlin au début du récit, elle aurait été autre, peut-être même une histoire heureuse. Un démon qui s'ennuyait en décida autrement.

Bunn, soutenu efficacement par Miro Colak au dessin et Maria Santaolalla aux couleurs, donne à lire un récit nerveux, dont l'outrance progresse page après page, de trahison en excès d'hubris jusqu'à la destruction du royaume. Pour peu qu'on connaisse la légende (visiblement l'auteur la connaît très bien), on est saisi et entraîné dans un monde de folie et de violence qui surpasse en horreur ce qu'on savait jusque là. Beau boulot.

Unholy Grail, Bunn, Colak, Santaolalla

Commentaires