The Department of Truth t3 - Tynion - Simmonds - Bidikar

Le TPB 3 de Department of Truth sort de la chronologie précédente pour se centrer sur les Histoires alternatives et le personnage de Lee Harvey Oswald, en réunissant les issues #6-7 et les #14-17. Il est nécessaire de lire les chroniques précédentes pour savoir où on met les pieds. C'est dans les Archives que commence la « carrière » d'Oswald au sein du Département, juste après son « assassinat » par Jack Ruby. Il y apprend à quel niveau de globalité peut se réécrire la « vérité », à quel point une telle réécriture peut avoir un effet apocalyptique aussi bien dans l’espace connu que dans le temps long passé et futur, comment des organisations puissantes ont toujours cherché – et parfois réussi – à maîtriser le narratif et par là-même à altérer de manière définitive la réalité. Dans cette partie, avec Lee, on croise l'Empire roman, l'Eglise catholique, Charlemagne et le Saint-Empire Romain Germanique. Rien de moins. Suit la montée en puissance d'un Oswald qui veut c

Urban t4 - Brunschwig - Ricci - Le crépuscule du lapin


Sortie du tome 4 de la série dystopique Urban. C'est toujours d'aussi haut niveau. Indispensable.

L'enquête immobile commence après l'arrestation du « terroriste » par Zach, et la sanction inique qui le frappe pour avoir refusé de l'abattre à vue. Car la direction du parc – Springy Fool en tête – veut clore l'affaire au plus vite, autant pour satisfaire le désir de vengeance des clients du parc et relancer le cours normal des lucratives affaires que pour éviter une commission d'enquête extérieure. De fait, pour la première fois ici, on comprend les liens qui unissent le génial et névropathe Springy Fool à l'administration politique de l'humanité en diaspora. Concéder à un seul homme le droit de s'enrichir jusqu'à l’obscénité en abrutissant les masses, parfait, déraper un peu, pourquoi pas si ça n'affecte que des anonymes, mais les plus riches doivent être préservés et, plus globalement, paix et bonheur doivent régner à Montplaisir ; sinon les politiques reprendront son jouet au fou et l’administreront directement. Le temps presse pour le lapin dément. D'autant que les motivations des attentats sont aussi obscures que leurs auteurs véritables, et que la campagne de terreur continue. Ca sent mauvais pour Springy.

L'histoire continue à se développer et le lecteur à passer un voile après l'autre vers la vérité. Alternant présent et flashbacks, Brunschwig propose ici au lecteur des moments de la création de Montplaisir, de la mise au point d'une A.L.I.C.E. (l'IA centrale) qui semble plus autonome qu'on ne le croyait tous, de la vie d'inadapté sentimental et sexuel de Springy Fool, de la biographie de Niels Colson (la petite victime pas si aléatoire de la fusillade dont Zach se fait le reproche) et de celle de sa mère, de la survie amputée d'Ishtar. Il n'oublie pas de montrer l'exaspération des autorités politiques et les espoirs des honnêtes Christiansen. Et puis il y a la sœur de Zach (!), comprenne qui aura lu la série. Et le mystérieux Overtime.
Le mal que les hommes font vit pour toujours.

Ce tome 4 est aussi excellent que ceux qui l'ont précédé. C'est écrit au cordeau, cohérent, dur, cruel jusqu'à l’écœurement.
Le lecteur espère, comme le très pur Zach et sans plus oser y croire, que justice sera faite. Il faudra hélas attendre le tome final pour le savoir. Sans trop espérer, car la chute du fou ne signifiera pas forcément la fin du système obscène de Montplaisir.
Graphiquement, l'explosion visuelle est toujours au rendez-vous. Dessin et couleurs sont magnifiques, éclairant sans cesse d'une foultitude de petits détails l'horreur de la dystopie imaginée par Brunschwig.

Urban t4, L'enquête immobile, Brunschwig, Ricci

Commentaires