Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

World War Wolves 2 - Istin, Duarte - Un peu d'espoir


Suite, deux ans après son début, de la série World War Wolves avec "Autrefois un homme, aujourd’hui un loup". Pour le contexte, voir la chronique du tome 1. Celle-ci ne sera qu’une suite.

Les fils entamés dans le tome 1 continue de se dérouler.
A Las Crucas, la chasse au lycanthrope infiltré est ouverte, alors que la famille Marshall essaie tant bien que mal de ne pas exploser sous la tension et le danger, et que l’enquête de John, le père de famille en recherche de virilité protectrice, expose ses proches.
A Philadelphie, une bien mauvaise décision militaire a causé un désastre ; heureusement, l’aveugle Jérémy Lester et sa protégée Sarah ont réussi à fuir la ville (de bien mystérieuse façon pour l’instant), avant de découvrir à la dure que les humains normaux, saisis par la pénurie et la peur peuvent être aussi dangereux que les loups.
A Ryker’s Island - le garde-manger lycan - Malcolm, le technicien génial esclave des loups, met au point un plan de fuite audacieux pour lui et les autres prisonniers en profitant de la visite « officielle » de James Raven le chef de la horde. On comprend mieux d'ailleurs dans ce tome 2 comment celui-ci a pu prendre aussi vite le contrôle d'une grande partie du pays.
On découvre aussi de nouveaux personnages dont le rôle n’est pas encore vraiment clair mais qui posent ici leurs premières pierres narratives.

Le tout est rythmé, cohérent, clair. L’histoire avance de manière satisfaisante entre explications amenées et nouvelles zones d’ombre. Les interactions entre personnages sont centrales dans le récit, et aucun de ceux-ci ne laisse le lecteur indifférent. Et, dans ce tome 2, de minces lueurs d'espoir commencent à apparaitre, après la noirceur intense qui caractérisait le début du récit.

Sur le plan de la forme, on apprécie toujours les posts de blog, les articles de journaux, les rapports informatifs. Les dessins - avec quelques planches impressionnantes de loups en action - et le noir et blanc donnent un cachet de série B de bonne qualité à l’ensemble.

La série, telle qu’elle est, n’a pas grand chose à envier à Walking Dead, si ce n’est pour l’instant sa longueur et sa longévité. Espérons qu’il ne faudra pas deux ans de plus pour lire le tome 3.

World War Wolves t2, Autrefois un homme, aujourd’hui un loup, Istin, Duarte

Commentaires