Willie le zinzin, Stephen King dans Bifrost 104

Dans le Bifrost 104 , en plus de la critique de toutes les nouveautés SFFF et des rubriques habituelles, on trouve une nouvelle de Stephen King en exclusivité mondiale (excusez du peu) . Elle s'intitule " Willie le zinzin " et parle de pandémie Covic, mais pas que. Oh non, pas que. King, en vieux maitre de l'horreur, y prouve qu'avec très peu de pages on peut écrire un texte aussi troublant que surprenant, un texte qui illustre l'adage selon lequel Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir .

Trois - Sarah Lotz


"Trois", de la sud-africaine Sarah Lotz, c'est l'histoire de trois enfants qui survivent par miracle à quatre (!) catastrophes aériennes. Y en a-t-il un quatrième qu'on n'aurait pas vu ? Sont-ils les cavaliers de l'Apocalypse ? Des aliens ? De gros chanceux ? Mouais, mouais, mouais. Pour lecteurs de Werber.

Je ne peux en dire plus car ma chronique sera dans le Bifrost n° 76, et elle ne reviendra ici qu’un an après la sortie de la revue (c’est à dire, pfff…).

Je peux au moins donner le résumé de la couv’ car celui-ci est disponible partout :

Jeudi noir sur la planète. Ce jour-là, quatre avions de ligne s'écrasent aux quatre coins du globe. Troublante coïncidence, d'autant que sur trois des quatre sites de la catastrophe, les secouristes découvrent un rescapé. Chaque fois, il s'agit d'un enfant et chaque fois, sa survie tient du miracle.

La presse internationale s'empare de l'événement, il n'est bientôt plus question que des « Trois » et les spéculations à leur sujet vont bon train. Certains fanatiques religieux voient même en eux l'incarnation des cavaliers de l'Apocalypse, à ce détail près qu'ils devraient être quatre... Y aurait-il un quatrième survivant ?

Dans le même temps, les familles qui ont recueilli les enfants sont confrontées à des événements étranges. Alors qui sont au juste ces enfants ? Et que veulent-ils ?


Voila. Rien de plus. Sinon voici ce qui m'attend :



Commentaires