La Grande Guerre de Charlie - Mills - Colquhoun

Charley's War – " La Grande Guerre de Charlie " – est une BD de Pat Mills dessinée par Joe Colquhoun et publiée sous forme de courts strips de trois puis quatre pages dans la revue Battle Picture Weekly entre 1979 et 1988. Le label français Delirium en a publié une intégrale en dix volumes ; pour fêter ses dix ans d'existence il sort aujourd’hui une ouvrage de belle taille contenant l'intégralité des épisodes consacrés à la Bataille de la Somme assortis d'interviews des auteurs et de reproductions de certaines couvertures. Il fallait bien que je m'y plonge. Décidé à montrer les horreurs et la cruauté sans nom d'une Grande Guerre dont on pensait bêtement qu'elle serait la Der des Ders, Mills le fait à travers le personnage de Charlie, un jeune Anglais de 16 ans guère futé mais très patriote qui s'engagea en mentant sur son âge quand on lui dit que son roi avait besoin de lui. Arrivé en France au milieu des  Pals Batallion , Charlie se retrouve

Le grand chambardement


"La Bataille d’Occident" est le court texte qu’Eric Vuillard a consacré à la Grande Guerre. Lauréat du prix (franco-allemand) Franz Hessel 2012, il est brillant, pétillant, parfois fulgurant.

Ni roman, ni essai, "La Bataille d’Occident" est une fresque qui raconte la conflagration, de ses germes, quelque part entre la Révolution Française et la guerre de 1870, à ses conséquences logiques, sans oublier d’évoquer le fond colonialiste de l’époque, auquel Vuillard a consacré le récent Congo ; une sorte de long poème en prose, vagabondage intellectuel brillant dans lequel l’auteur, suivant sa pensée, saute d’image en image au fil de digressions improbables qui ne font jamais dilatoires.

Surtout, "La Bataille d’Occident" est le texte de quelqu’un qui connaît parfaitement les évènements, au point d’en restituer une version concentrée qui en contient l’essence même, comme ces restaurateurs qui concentrent la bouillabaisse dans une vérine. Sautant de date en date et de tranchées en capitales, Vuillard amène son lecteur dans tous les lieux qui comptent. Les lieux du pouvoir, bien sûr, où tout se décida, mais aussi, les champs, de fleurs ou de batailles, où vécurent et moururent vingt millions d’homme, victimes de l’imbécillité, de l’insensibilité, et de la rencontre mortifère entre une technique moderne et des superstructures traditionnelles. Il dit l’horreur absolue de la Grande Guerre ; il en dit l’absurdité profonde.

Je n’adhère pas pleinement aux charges antimilitaristes et révolutionnaires de Vuillard que je trouve un peu convenues, prévisibles, parfois proches des caricatures à la Lutte Ouvrière. Je trouve que l’auteur passe trop facilement sous silence la volonté politique de guerre au profit de l’analyse classique de l’enchainement des alliances, néglige la responsabilité écrasante de l’Allemagne dans la survenue du conflit, colporte une fois encore l’image de soldats partant chaud bouillants à la guerre alors que ce fut plutôt une acceptation résignée, est étonnamment succinct sur le ralliement des socialistes à la guerre. C’est son angle, sa vision des choses, son livre ; il fait ce qu’il veut. Et il le fait avec un tel esprit, une telle qualité d’écriture qu’il ne peut qu’emporter l’adhésion esthétique.

Je trouve, en revanche, qu’il montre bien, par de fins artifices de style, que soldats français et allemands furent frères dans le même malheur, pions sacrifiables d’une partie d’échec européenne dont ils n’étaient pas les joueurs. Je trouve brillante et très signifiante l’idée de citer des noms de soldats de base à côté de ceux des généraux ou des politiques qui les envoyèrent à une mort certaine, afin qu’ils soient unis pour l’éternité. Je trouve l’ironie pince sans rire de Vuillard appropriée, ajustée même, à l’absurdité d’un conflit dont tous savaient qu’il n’en sortirait rien de bon pour personne, et que personne pourtant ne voulut empêcher. Je trouve enfin bien vu les parallèles fait entre les systèmes concentrationnaires ou de travail forcé qui furent mis en place pour pourvoir aux besoins matériels de la guerre industrielle et ceux que les Anglais, alors dans le camp du Bien qui est toujours celui des vainqueurs, instaurèrent en Afrique du Sud lors de la guerre des Boers ; nul n’est innocent, on est toujours le bourreau de quelqu’un.
Et surtout, "La Bataille d’Occident" est un efficace résumé de quatre ans de conflit et de quelques siècles de prémisses.

"La Bataille d’Occident" est donc un bien beau texte, documenté, cultivé, souvent drôle, à lire au second degré en se souvenant que l’ironie est la politesse du désespoir.

La Bataille d’Occident, Eric Vuillard

Commentaires