La Muraille de Chine - Franz Kafka

Ressortie du recueil La Muraille de Chine de Franz Kafka aux Forges de Vulcain. Traduit par Stéphane Rilling qui postface et nanti d’une intéressant préface d’Éric Pessan, le recueil est articulé autour de La Construction de la muraille de Chine , une nouvelle de longueur moyenne, et de textes beaucoup plus courts, tous écrits entre 1917 et 1922 alors que l’empire austro-hongrois s’effondrait, que l’antisémitisme montait, parallèlement au sionisme, et que l’intérêt pour le Chine, immense et en partie incompréhensible, était fort. Passé Le chasseur Gracchus , un premier texte dont l’intérêt narratif m’a largement échappé, Kafka construit ici par fragments (certaines nouvelles ne font que deux ou trois pages) la vision d’un monde qui échappe largement à la compréhension humaine et dans lequel l’absurde (on le dit toujours) mais aussi l’arbitraire (on le dit parfois moins) est la norme. Le monde de Kafka est immense, comme la Chine. Immense au point que l’homme normal n’en voit jamais

Revue de BD Alix et Wollodrin



Sortie récente d’Alix Senator et du tome 3 de la saga Wollodrin.

Soyons clair. Je n’ai jamais lu l’Alix original. Les BD ligne claire mettant en scène de jeunes héros intrépides et facétieux ont cessé, très jeune, de m’intéresser. Je n’avais donc sur cet Alix reboot aucun à priori. Je n’attendais pas cette version comme le messie, et je ne craignais pas non plus que mes souvenirs d’enfance soient défigurés. Je suis donc allé voir cet Alix, vieilli, devenu sénateur, plongé dans une enquête sur des meurtres étranges qui semblent impliquer ou menacer la personne d’Auguste, devenu empereur, comem je serais allé voir n'importe quel album neuf.

Les dessins réalistes de Demarez sont souvent beaux et impressionnants, mais parfois imprécis sur les visages ou les corps. Ils souffrent surtout à mon avis d’un encrage trop appuyé qui tient parfois lieu de colorisation ou d’ombrage et qui donne l’impression de payer un tribut à la ligne claire justement.

L’enquête, guère complexe, est facilement résolue ; les dialogues sont brefs et transparents. Et il y a, malheureusement, de jeunes héros intrépides et facétieux, en l’occurrence le fils d’Alix et son ami.
Ces trois éléments narratifs ajoutés à un encrage fou font d’Alix une BD qui lorgne clairement sur son passé Jeunesse. Je ne suis guère fan, même si ce n’est jamais totalement rédhibitoire. A l’arrivée, "Alix Senator" est une BD que je qualifierais de moyenne, pas désagréable mais dispensable.

Autre chose avec Wollodrin t3, "Le convoi". Nouveau cycle de Wollodrin qui reprend deux personnages du premier (l’éclaireuse et l’orc), engagés dans de nouvelles aventures. Sans emploi ni argent, ils se retrouvent à escorter des membres d’une communauté religieuse qui ressemblent fortement à des amish vers leur terre promise. Mais de sombres cavaliers menacent ce voyage.

On retrouve dans ce tome ce qui faisait la qualité des deux premiers opus. Scénario plutôt fin (dans les limites, bien sûr, de ce qu’une BD permet), grande aventure, races non humaines, dessins magnifiques, colorisation de haute tenue, humour. Et même un grand message de tolérance inter espèce (on sait que la tolérance est mon petit lait).

Une BD à lire. Notons qu’elle peut l’être même sans les deux premiers tomes car c’est vraiment une nouvelle histoire, mais il serait dommage de se priver des Wollodrin 1 et 2 et du plaisir qu’ils apportent.

Alix Senator, t1 Les aigles de sang, Mangin, Demarez
Wollodrin, t3 Le convoi, Chauvel, Lereculey

Commentaires

Efelle a dit…
J'ai feuilleté l'Alix et n'ai pas trop accroché sur l'intrigue qui m'avait l'air sacrément mystique.

Je passe.
Gromovar a dit…
Mystique, ce n'est vraiment pas le mot que j'emploierais ;-)
Efelle a dit…
J'ai feuilleté, je ne l'ai pas lu...
M'a l'air d'y avoir des histoires de fantômes (fantasmés à voir) dans cette histoire...
Efelle a dit…
J'ai feuilleté, je ne l'ai pas lu...
M'a l'air d'y avoir des histoires de fantômes (fantasmés à voir) dans cette histoire...
Gromovar a dit…
Aucun fantôme je t'assure. Juste de méchants prêtres et des aigles dressés.
Guillmot a dit…
Des aigles dressés ? Alix est donc le sénateur du redressement productif ?