Bangkok Déluge - Pitchaya Sudbanthad

« Krungthep mahanakhon amon rattanakosin mahintara ayuthaya mahadilok phop noppharat ratchathani burirom udomratchaniwet mahasathan amon piman awatan sathit sakkathattiya witsanukam prasit » : ville d'Asie, capitale de la Thaïlande. Aussi connue sous le nom de Bangkok . C'est dans la ville tentaculaire de ses origines que nous transporte Pitchaya Sudbanthad pour son premier roman, " Bangkok Déluge ". De la fin du XIX siècle au futur proche, Sudbanthad donne à voir, à entendre, à sentir, une ville monstre aussi fascinante qu'on cobra cracheur. Autour d'un site qui persiste d'un moment de la ville à l'autre, d'une maison qui fut mission chrétienne avant d'être une belle demeure et devint ensuite l'annexe d'un immeuble de grande hauteur, l'auteur déroule l'écheveau des vies qui en sont proches, au cœur d'une ville qui est le personnage principal du roman. Une ville que je n'avais pas lue aussi bien décrite depuis La fille a

La tentation de transmettre


"La sociologie sur le vif" est un recueil des chroniques du sociologue Cyril Lemieux. Il intervenait dans l'émission "La suite dans les idées" sur France Culture, et chaque jour, déguisé en commentateur, essayait d'éclairer un fait d'actualité à l'aide des concepts de la sociologie.
On peut s'étonner d'une telle promiscuité, tant la sociologie a besoin du temps de l'enquête et de la réflexion, tant les temps sociologiques et journalistiques sont non seulement disjoints mais presque antinomiques. On peut se demander ce qu'en aurait dit un Pierre Bourdieu qui écrivait "Le fait est conquis contre l'illusion du savoir immédiat", un Bruno Etienne qui répondait aux journalistes TV qu'il était rigoureusement impossible d'expliquer la situation libanaise en deux minutes, un Max Weber enjoignant les professeurs à ne jamais céder à la tentation du prophétisme. On peut, en d'autres termes, critiquer cette démarche et la prendre comme preuve supplémentaire de l'hétéronomisation du champ scientifique en général et sociologique en particulier.
On aurait tort.
Par le biais d'une multitude (presque 100) de petites chroniques (de 2 à 3 pages), chacune prenant pour objet le fait d'actualité important du moment (on pourrait discuter aussi ad nauseam de l'effet d'imposition lié au choix unilatéral de l'objet, ce serait là aussi confondre conversation érudite et communication scientifique), Cyril Lemieux a tenté de montrer ce que la sociologie, voire d'autres sciences humaines pouvait apporter à la comprehension d'un problème. Invoquant les manes des grands anciens Durkheim, Weber, Lazersfeld, Elias, Bourdieu, Malinowsky, Tarde, Mauss, etc. il montre comment, à la vision première qui est celle de l'émotion ou de l'instantanéité, caractéristique de l'approche journalistique, on peut opposer une vision construite par les sciences humaines, plus féconde en terme de compréhension, donc grosse de potentialités d'intervention.
Si le professionnel des sciences humaines n'apprendra rien de nouveau en lisant ce livre (mais y prendra sûrement autant de plaisir que moi), l'amateur, éclairé ou non, en sortira grandi. En participant à une émission de radio (puis en la couchant sur papier), le sociologue a voulu transmettre ce que les sciences sociales permettaient de savoir sur le monde. Il a tenté de montrer en quoi elle peuvent aider à la décision publique, même si c'est, malheureusement, rarement le cas dans le réel (la dernière partie, dans laquelle les sciences sociales analysent les sciences sociales est particulièrement éclairante). Il réussit, je crois, à rendre ses lecteurs (ou auditeurs) plus cultivés, plus sages peut-être, pas des rois philosophes mais des citoyens philosophes. Il leur donne, j'espère, l'envie d'aller voir toujours au-delà de l'immédiateté journalistique pour chercher le sens caché des choses, qui attend toujours, tapi au fond de la caverne, qu'un chercheur le découvre.
La sociologie sur le vif, Cyril Lemieux

Commentaires

FG a dit…
celui là me tente beaucoup, le concept m'a l'air fort intéressant.
je tenterais de me le procurer prochainement.
Gromovar a dit…
Je vais en faire acheter un pour le disséquer et en faire des fiches pour mes élèves.