Blackwater 4 - La Guerre - Michael McDowell

Après le tome 3 , voici " La Guerre ", nouvel opus de la saga Blackwater . Cette chronique, et celles qui suivront pour les numéros suivants, seront très succinctes. Le but est de ne pas spoiler pour ceux qui n'achèteraient pas chaque numéro dès sa sortie. Ce quatrième tome commence peu avant la Seconde Guerre Mondiale et se termine avec elle. La famille Caskey peu à peu s'apaise, elle passe par-delà les meurtrissures réciproques et se rassemble dans ce qui ressemble à une forme d'harmonie autour de la nouvelle génération, celle des enfants des différents ménages. Certes les enfants, devenus presque adultes, quittent leurs foyers, qui pour l'université, qui pour l'armée. Parfois pour s'émanciper, parfois pour fuir une situation difficile, d'autres fois encore pour mener au calme une quête plus personnelle. Mais aucun ne laisse derrière lui durablement les lieux de son enfance, et quand ils s'en éloignent ce n'est jamais ni pour très loin ni

Toujours excellent


Bon. Pour le tome 2 a la fin du mois de janvier que j'annonçais il y a quelques mois, je dois admettre un excès d'enthousiasme. Mais l'attente n'a pas été vaine.
Le tome 2 de "Sarah" conserve toutes les qualités du premier, et poursuit enquêtes et révélations à un rythme soutenu.
Le style est toujours angoissant comme rarement une BD parvient à l'être. On navigue entre survival, serial killer story, et affaires non-classées. Le découpage distille le suspense, et les nombreuses images sans texte servent le récit, ce qui est loin d'être toujours le cas avec ce type de cases.
C'est excellent. Ca se conclura dans un tome 3 dont je vais prudemment ne rien dire. A lire le soir, seul, à la faible lumière.
Sarah, t2, Bec, Raffaele

Commentaires