Bangkok Déluge - Pitchaya Sudbanthad

« Krungthep mahanakhon amon rattanakosin mahintara ayuthaya mahadilok phop noppharat ratchathani burirom udomratchaniwet mahasathan amon piman awatan sathit sakkathattiya witsanukam prasit » : ville d'Asie, capitale de la Thaïlande. Aussi connue sous le nom de Bangkok . C'est dans la ville tentaculaire de ses origines que nous transporte Pitchaya Sudbanthad pour son premier roman, " Bangkok Déluge ". De la fin du XIX siècle au futur proche, Sudbanthad donne à voir, à entendre, à sentir, une ville monstre aussi fascinante qu'on cobra cracheur. Autour d'un site qui persiste d'un moment de la ville à l'autre, d'une maison qui fut mission chrétienne avant d'être une belle demeure et devint ensuite l'annexe d'un immeuble de grande hauteur, l'auteur déroule l'écheveau des vies qui en sont proches, au cœur d'une ville qui est le personnage principal du roman. Une ville que je n'avais pas lue aussi bien décrite depuis La fille a

Fluide Glamour


Sortie ce mois-ci du premier numéro de "Fluide Glamour" le nouveau hors-série sexy de Fluide Glacial.
On retrouve dans cet opus auquel ont collaboré les éminentes et éminents Monsieur Lâm, Dupuy & Berbérian, Fleur Breto, Margaux Motin, Pacco, Anne Rouqette et Anne Barois, Cristiana, John Jay et Thiriet, Ovidie et John Billette, Krassinsky, Pingoo, Haudiquet, Sibylline et Vince, Emmanuelle Walker, Juan Alvarez et Jorge G., Nihoul et Bodart, Fioretto et Diglee, Di Carpaccio et Monsieur Z, Bertail, Aurélia Auritta, le mix de bd et d'articles humoristiques caractéristique de "Fluide Glacial" en version sexy et paritaire (quel vilain mot). C'est le joyeux bordel caractéristique de "Fluide Glacial" avec un niveau inégal, du très bon au très dispensable.

Qu'on se rassure, je n'ai pas oublié certains, j'ai gardé les meilleurs pour la fin : Maïa Mazaurette et Arthur de Pins dont les "Péchés Mignons" sont craquants, Arthur de Pins tout seul avec son Pussyfart killer, Manual Bartal et son "Sexorama" tellement bien vu dans un style statique qui évoque "Le chat" de Geluck.
Le blog du magazine est aussi bien sympa et vaut le coup d'oeil.

Fluide glamour, numéro 1, mai 2010

Commentaires

Cédric Ferrand a dit…
Je vais passer pour le vieux con de service, mais...

c'est moi où Fluide est devenu très putassier ?

Le mag' a toujours parlé de cul, je ne le nie pas, mais là, ne parler que de ça, je trouve ça plus vulgaire que les pires blagues potaches d'Edika.

Et en visitant le blog, j'ai vu assez de Crazy Horse et de photo de seins pour avoir le sentiment de devenir soudain vieux et réac'.
Gromovar a dit…
Imho, non tu n'es pas vieux et réac de trouver ça un peu too much, et quand bien même, ça serait ton droit le plus strict ; mais je ne trouve pas non plus putassier de faire un spécial cul dans un hors-série à parution épisodique.
Je trouve même plutôt amusantes les petites planches sexy à la "Pêchés mignons".
De plus, quand il s'agit de Maïa Mazaurette, je ne suis pas objectif ^^

Sinon, j'aimais bien Edika 'grin'.