Le Molosse - Tanabe d'après Lovecraft

Sortie du neuvième volume des adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe. " Le Molosse " est le premier recueil réalisé par le mangaka japonais, il réunit trois nouvelles : Le Temple , écrite en 1920, Le Molosse , écrite en 1922, et La Cité sans nom , écrite en 1921. Le Temple est la plus longue et la plus réussie imho. Dans les coursives d'un U-boat allemand en perdition durant la première guerre mondiale, on plonge vers une cité engloutie alors que la folie gagne peu à peu tout l'équipage. Dure, claustrophobique, Le Temple , dans une ambiance éprouvante à la Das Boot , met l'homme face à des terreurs et des anciennetés sans nom. Un très bon récit joliment adapté. Le Molosse est plus (trop) classique. Deux amis occultistes, l'un des deux est le narrateur, première mention lovecraftienne du Nécronomicon , créature hostile invoquée involontairement par une amulette magique, on est ici dans du trop classique, encore trop proche de l'horreur traditionnelle en

Fluide Glamour


Sortie ce mois-ci du premier numéro de "Fluide Glamour" le nouveau hors-série sexy de Fluide Glacial.
On retrouve dans cet opus auquel ont collaboré les éminentes et éminents Monsieur Lâm, Dupuy & Berbérian, Fleur Breto, Margaux Motin, Pacco, Anne Rouqette et Anne Barois, Cristiana, John Jay et Thiriet, Ovidie et John Billette, Krassinsky, Pingoo, Haudiquet, Sibylline et Vince, Emmanuelle Walker, Juan Alvarez et Jorge G., Nihoul et Bodart, Fioretto et Diglee, Di Carpaccio et Monsieur Z, Bertail, Aurélia Auritta, le mix de bd et d'articles humoristiques caractéristique de "Fluide Glacial" en version sexy et paritaire (quel vilain mot). C'est le joyeux bordel caractéristique de "Fluide Glacial" avec un niveau inégal, du très bon au très dispensable.

Qu'on se rassure, je n'ai pas oublié certains, j'ai gardé les meilleurs pour la fin : Maïa Mazaurette et Arthur de Pins dont les "Péchés Mignons" sont craquants, Arthur de Pins tout seul avec son Pussyfart killer, Manual Bartal et son "Sexorama" tellement bien vu dans un style statique qui évoque "Le chat" de Geluck.
Le blog du magazine est aussi bien sympa et vaut le coup d'oeil.

Fluide glamour, numéro 1, mai 2010

Commentaires

Cédric Ferrand a dit…
Je vais passer pour le vieux con de service, mais...

c'est moi où Fluide est devenu très putassier ?

Le mag' a toujours parlé de cul, je ne le nie pas, mais là, ne parler que de ça, je trouve ça plus vulgaire que les pires blagues potaches d'Edika.

Et en visitant le blog, j'ai vu assez de Crazy Horse et de photo de seins pour avoir le sentiment de devenir soudain vieux et réac'.
Gromovar a dit…
Imho, non tu n'es pas vieux et réac de trouver ça un peu too much, et quand bien même, ça serait ton droit le plus strict ; mais je ne trouve pas non plus putassier de faire un spécial cul dans un hors-série à parution épisodique.
Je trouve même plutôt amusantes les petites planches sexy à la "Pêchés mignons".
De plus, quand il s'agit de Maïa Mazaurette, je ne suis pas objectif ^^

Sinon, j'aimais bien Edika 'grin'.