La Grande Guerre de Charlie - Mills - Colquhoun

Charley's War – " La Grande Guerre de Charlie " – est une BD de Pat Mills dessinée par Joe Colquhoun et publiée sous forme de courts strips de trois puis quatre pages dans la revue Battle Picture Weekly entre 1979 et 1988. Le label français Delirium en a publié une intégrale en dix volumes ; pour fêter ses dix ans d'existence il sort aujourd’hui une ouvrage de belle taille contenant l'intégralité des épisodes consacrés à la Bataille de la Somme assortis d'interviews des auteurs et de reproductions de certaines couvertures. Il fallait bien que je m'y plonge. Décidé à montrer les horreurs et la cruauté sans nom d'une Grande Guerre dont on pensait bêtement qu'elle serait la Der des Ders, Mills le fait à travers le personnage de Charlie, un jeune Anglais de 16 ans guère futé mais très patriote qui s'engagea en mentant sur son âge quand on lui dit que son roi avait besoin de lui. Arrivé en France au milieu des  Pals Batallion , Charlie se retrouve

R. I. P. Kitty Genovese


Voici un livre que j'aurais aimé adorer et recommander sans réserve.
Le meurtre, devant 38 témoins passifs, de Kitty Genovese le 13 mars 1964 à New-York causa un choc énorme dans l'opinion américaine. Devenant à son corps défendant (et rarement expression aura été aussi appropriée) une icône de la pop culture US, Kitty Genovese entrait dans l'Histoire.
Son martyre donna lieu a des études en psychologie sociale et à la mise en évidence du principe de dilution des responsabilités et du bystander effect. Il entraina la création du fameux 911. Il inspira de nombreux écrivains et musiciens. Il fut à l'origine de la vocation de Rorschach, le justicier impitoyable des Watchmen.
Didier Decoin évoque aujourd'hui sa mémoire, 45 ans après sa mort tragique. Et son roman ne me convainc pas entièrement car il n'apporte guère plus que ce qu'aurait apporté un essai plus court ou un long article. Il y manque un peu de la théorie élaborée depuis, et l'intervention d'un narrateur, voisin absent le soir du meurtre, n'apporte à mon sens pas grand chose au récit. Ce livre m'a ému par moments mais je n'y ai rien appris que je ne savais déjà. Dommage, j'espérais être éclairé par Didier Decoin.
Néanmoins, l'écriture de ce roman peut aussi se comprendre comme l'érection d'une stèle à la mémoire de la jeune femme. En ce cas il s'agit une oeuvre respectable ; et elle a atteint son bût, car sans ce livre jamais je n'aurais évoqué ici le destin malheureux de Kitty Genovese.
Est-ce ainsi que les femmes meurent ? Didier Decoin

Commentaires