The Witling - Vernor Vinge - Les Traquenards de Giri

" The Witling " (Les Traquenards de Giri en VO ?!?) est le premier vrai roman du grand Vernor Vinge, publié en 1976. Giri, une planète sur laquelle vivent les Azhiri, un peuple humanoïde stocky aux puissants pouvoirs télépathiques. Les Azhiri communs peuvent « sentir » les structures ou les êtres, téléporter leur corps ou de la matière sur de grandes distances, tuer même en tordant l'usage de la téléportation. De ce fait, leur technologie est assez primitive, guère mieux que médiévale, tant leurs pouvoirs, de téléportation notamment, rendent inutiles de grands efforts de recherche dans le domaine des transports ou de l'armement. Pourquoi fabriquer des armes quand on tue par la pensée ? Pourquoi tracer des routes quand des lacs de transit suffisent ? Dans le même ordre d'idées, il n'y a en général pas de portes aux maisons – on se téléporte de pièce en pièce –, et le palais du Roi de l'été s'étend sur deux hémisphères quand celui du Roi de l'hiver

Luchtigern


Premier volume d'une nouvelle série, "Luchtigern" est un album particulièrement intéressant à plusieurs titres. Comme pour tous les (souvent excellents) titres de la collection Soleil Celtic, le cadre est une réalité historique légèrement transformée par l'adjonction d'éléments tirés des légendes celtiques. Dans cette série, on nous dévoile progressivement le destin d'un homme que d'étranges occurences ont transformé en démon. En soi, c'est suffisamment intrigant pour donner envie de lire, et de connaître la suite à venir dans un second et dernier volume. Mais l'album fait preuve de plusieurs autres qualités. Tout d'abord l'écriture est ici très littéraire. Les dialogues, comme les descriptions, sont écrits, au sens le plus qualitatif du terme. Et, même si ça peut paraitre être un étrange indicateur, les textes sont longs; "Luchtigern" est une BD à lire autant sinon plus qu'à regarder. On y a plus l'impression de lire un roman du XIXème (ou une nouvelle de Lovecraft, Grands Anciens en moins) qu'un volume de BD. Ensuite, l'histoire principale se passe du temps de Cromwell et de sa new model army, période de l'histoire anglaise peu connue en France et rarement utilisée dans un cadre littéraire. De plus, c'est un moment particulier et tragique de cette dictature qui est abordé ici : la dépossession des terres d'Irlande au profit de nobles ou d'ennoblis militaires anglais et au détriment de la population irlandaise, évènement hautement condamnable dont les conséquences dessinent encore aujourd'hui la carte des deux Irlande. Source de toutes les haines à venir et de tous les désirs de vengeance, cette colonisation nobiliaire met en mouvement la réaction de la population et de l'âme irlandaise contre cette oppression qui a été particulièrement violente (pour notre édification, nous profitons pleinement, par exemple, de la fatuité stupide et arrogante des nobliaux anglais lors d'une réception ou des atrocités commises lors de la prise de villes assiégées). Enfin, l'ouvrage sait être paillard, violent, cru, en un mot fidèle à l'époque décrite. Et en le lisant on se surprend à penser au Barry Lyndon de Kubrick, tant les ambiances sont similaires entre ces deux histoires d'hommes dont le destin est de s'élever dans l'Europe en guerre par les biais des deux moteurs du fatum que sont les armes et les femmes.
Enfin, les graphismes colorés sont réalistes et agréables, même si les visages peuvent sembler un peu étranges, vaguement cartoonesques mais sans excès (sinon je n'aurais pas acheté).
Vivement le tome 2 !
Le dieu des cendres, t1 Luchtigern, Debois, Aja, Cordurie

PS : Pour la petite histoire, l'Encyclopedia Mythica donne pour Luchtigern : Le seigneur-rat de Kilkenny. Tué par le chat gigantesque nommé Banghaisgidheach.

Commentaires